Aller simple sur Mars: les volontaires mourront après 68 jours

Le projet Mars One a pour but d'envoyer... (Photo Bryan Versteeg, PC)

Agrandir

Le projet Mars One a pour but d'envoyer en 2024 une première équipe de quatre volontaires pour coloniser la planète sans retour possible, après un voyage de sept mois.

Photo Bryan Versteeg, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les courageux pionniers prêts à s'embarquer pour un aller simple pour Mars, comme le prévoit la société néerlandaise Mars One, commenceront à mourir au bout de 68 jours, selon une très sérieuse étude scientifique parue récemment.

Cinq chercheurs en aéronautique du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé les données scientifiques disponibles sur ce projet, qui doit aussi donner lieu à une émission de télé-réalité.

La mort du premier pionnier «arrivera approximativement au bout de 68 jours de mission, par asphyxie», écrit ce rapport de 35 pages qui analyse avec force graphiques et formules mathématiques les ressources en oxygène, nourriture et technologies disponibles pour cette mission censée être autosuffisante.

Les plantes qui doivent nourrir les colons produiront trop d'oxygène et la technologie pour équilibrer l'atmosphère «n'a pas encore été développée», disent les auteurs.

De plus, les colons devront dépendre de plus en plus d'envois de pièces détachées dans le cadre d'une mission qui coûtera «dans le scénario le plus optimiste», quelque 4,5 milliards de dollars, une somme qui ne cessera d'augmenter avec l'envoi d'autres équipages, ont-ils calculé.

Mars One est un projet lancé par son cofondateur et PDG, le Néerlandais Bas Lansdorp, qui a pour but d'envoyer en 2024 une première équipe de quatre volontaires pour coloniser Mars sans retour possible, après un voyage de sept mois.

Dans une réaction au magazine Popular Science (www.popsci.com), Bas Lansdorp a réfuté les chiffres du rapport, arguant qu'il utilisait des données incomplètes.

Il concède néanmoins que la question des pièces détachées est un problème. «Ils ont raison, le plus grand défi de Mars One est de garder tout en état de marche», dit-il.

Dans une réaction à l'AFP concernant l'oxygène, la direction de Mars One a indiqué «ne pas être d'accord sur le fait que la technologie n'est pour l'essentiel pas prête. Le système doit encore être testé mais la technologie est là».

Plus de 200 000 personnes originaires de 140 pays se sont portées volontaires pour faire partie du projet, qui fait de nombreux sceptiques mais a néanmoins reçu le soutien du lauréat néerlandais du Nobel de physique en 1999, Gerard't Hooft.

Un accord a été signé en juin dernier avec la société Endemol, qui produit de nombreuses émissions de télé-réalité, pour que soit filmé le processus de sélection et l'entraînement des pionniers.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer