Ultime envol pour le cargo européen de l'espace ATV-5

L'ATV-5 transportera près de 6,6 tonnes de fournitures... (PHOTO TIRÉE D'INTERNET)

Agrandir

L'ATV-5 transportera près de 6,6 tonnes de fournitures pour ravitailler l'ISS et ses six occupants.

PHOTO TIRÉE D'INTERNET

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique MARTINACHE
Agence France-Presse

Le 5e et dernier cargo automatique européen de l'espace, l'ATV Georges Lemaître, prendra dans la nuit de mardi à mercredi le chemin de la Station spatiale internationale (ISS) pour la ravitailler, lancé depuis la Guyane française par une fusée Ariane 5.

Avec une masse totale de plus de 20 tonnes, le petit dernier de la famille dépassera ses quatre prédécesseurs en étant la plus lourde charge utile jamais injectée en orbite par un lanceur Ariane.

L'ATV-5 transportera près de 6,6 tonnes de fournitures pour ravitailler l'ISS et ses six occupants, dont près de 850 litres d'eau potable, le maximum jamais emporté, trois tonnes de carburant et plus de 2,6 tonnes de denrées alimentaires, vêtements et équipements pour la recherche, un record.

Baptisé Georges Lemaître, du nom du physicien belge, père de la théorie du Big Bang, l'ATV-5 doit décoller à 20h47 mardi heure de Guyane de Kourou, à bord d'une Ariane 5 ES.

Environ une heure plus tard, l'ATV se détachera du lanceur et poursuivra son trajet autonome jusqu'à l'ISS  qui tourne autour de la Terre à 400 km d'altitude. Le 12 août, il s'amarrera à la station.

50 kilos de café

Avec pas moins de 1232 articles à son bord, l'ATV est un vrai bazar: du pudding, du jus d'orange (et de mangue), des pâtes au fromage, du fil dentaire, pour faire bonne mesure, ou encore 50 kg de café, selon l'inventaire dressé par Airbus Defence and Space, principal partenaire industriel de l'ATV.

Et comme il n'y a pas de lave-linge sur l'ISS, l'ATV livre aussi du linge propre aux astronautes, chaussettes, T-shirts... Cette fois ils recevront des T-shirts «Spacetex», dont la technologie promet qu'ils resteront frais plus longtemps.

La cargaison de «dernière minute», les articles qui ne peuvent être chargés qu'entre quatre semaines et 20 jours avant le lancement, pèse un peu plus d'1,2 tonne.

Le vaisseau de 10 mètres de long emportera également le capteur infrarouge expérimental Liris, qui permettra de tester de nouveaux systèmes de guidage pour des technologies de rendez-vous dans l'espace avec des cibles dites «non-coopératives», comme des astéroïdes ou des débris spatiaux.

Entièrement pressuré, pendant les six mois environ pendant lesquels il restera amarré à la Station, l'ATV pourra aussi servir d'espace de stockage et de lieu de travail supplémentaire pour les astronautes. Il contribuera en outre à rehausser l'orbite de l'ISS.

À la fin de sa mission, le cargo sera rempli des déchets non dangereux produits à bord de la Station. Il se détachera de l'ISS et plongera vers l'atmosphère terrestre où il se consumera avec sa cargaison.

Adieu ATV, bonjour Orion

L'Agence spatiale européenne (ESA) en aura alors terminé avec le programme ATV, contribution à l'ISS, un programme dont le coût total s'élève à 4,2 milliards d'euros (6,1 milliards de dollars), selon l'ESA.

«Depuis sa première mission en mars 2008, l'ATV a joué un rôle essentiel dans la logistique de l'ISS», a souligné l'ESA dans un communiqué.

L'ATV Jules Verne avait ouvert la marche en 2008, suivi de Johannes Kepler en 2011, puis Edoardo Amaldi en 2012 et Albert Einstein en 2013.

Avec la fin des ATV, l'ISS sera ravitaillée par des vaisseaux russes Progress et des cargos opérés par des sociétés privées américaines sous contrat avec la Nasa, SpaceX (Dragon) et Orbital Sciences (Cygnus).

«La mission Georges Lemaître marque effectivement la fin du programme ATV mais l'aventure des vols habités à l'ESA va se poursuivre», a déclaré Thomas Reiter, directeur des Vols habités et des Opérations à l'Esa.

Les technologies développées pour l'ATV contribuent ainsi à la réalisation du Module de service de la capsule Orion de la Nasa, destinée notamment à transporter des astronautes vers la Lune.

«À ce jour, l'Esa a accepté de livrer deux modules pour la capsule Orion: l'un pour son vol inaugural en 2017, et l'autre pour sa première mission opérationnelle en 2021», a indiqué l'agence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer