Une foreuse canadienne pourrait démarrer l'exploration minière spatiale

Le programme chinois d'exploration lunaire, qui porte le... (PHOTO FOURNIE PAR LA NASA)

Agrandir

Le programme chinois d'exploration lunaire, qui porte le nom d'une déesse mythique, a déjà mis deux sondes en orbite autour de la Lune.

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

Peter Rakobowchuk
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Une foreuse d'exploration spatiale conçue par une firme ontarienne pourrait être utilisée pour dénicher de l'eau sur la Lune d'ici cinq ans, si tout se passe comme prévu, et donnerait aussi le coup d'envoi de l'industrie minière spatiale.

Deltion Innovations Ltd. a obtenu un contrat de l'Agence spatiale canadienne pour élaborer le design de la foreuse «DESTIN» et la tester dans un environnement terrestre semblable à la Lune.

Ces essais visent à mettre la technologie à l'épreuve dans le but ultime de l'envoyer en mission lunaire en 2018, a expliqué le porte-parole de l'entreprise, Dale Boucher.

L'objectif de la mission est de trouver de la glace d'eau près du pôle Sud de la Lune et d'extraire des échantillons pour les analyser.

L'équipement est conçu dans le but de prouver qu'il y a bel et bien de l'eau et d'autres ressources à cet endroit, a affirmé M. Boucher, précisant que la température au sol y est de moins de -200 degrés Celsius.

Des ressources en eau aideraient à assurer la vie sur la Lune et de l'hydrogène pourrait être utilisé comme carburant à fusée.

Les premiers tests sont prévus pour la fin de l'été ou le début de l'automne au centre de recherche Glenn de la NASA à Cleveland, en Ohio.

La mission démarrerait aussi l'activité économique minière spatiale, a ajouté M. Boucher.

«Ce qui est vraiment bien avec ce projet, c'est que c'est la première de plusieurs missions visant à trouver des ressources utilisables, soit sur un astéroïde ou sur la Lune. Et le Canada a l'occasion d'être en tête.»

La foreuse de Deltion serait montée sur un Artemis Jr., un véhicule minier lunaire en cours de conception à Ottawa, chez Neptec Design, qui a aussi conçu le système de caméra au laser utilisé pour inspecter l'extérieur des anciennes navettes américaines.

«Neptec est le principal contractant de l'équipe de l'engin Artemis», a affirmé le porte-parole de l'entreprise, Mike Kearns. Un autre joueur important dans ce projet est Ontario Drive & Gear Ltd. (ODG), qui a élaboré le châssis et le groupe motopropulseur.

L'Artemis Jr. est inspiré du design du véhicule amphibie ARGO, populaire auprès des chasseurs et pêcheurs.

La firme Deltion Innovations travaille sur la foreuse DESTIN depuis 2005. Bien que le Canada était le premier choix de la NASA pour effectuer cette mission, l'agence spatiale américaine ne paiera pas les frais de conception.

«Le Canada doit payer la note pour cet outil et le remettre à la NASA pour le lancement et l'intégration à son système», a expliqué M. Boucher.

Si le Canada décidait de ne pas participer, d'autres pays seraient «très intéressés» à fournir les technologies de forage et à s'associer aux Américains, a-t-il fait valoir. La Corée du Sud et le Japon, notamment, seraient extrêmement intéressés à négocier avec la NASA.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer