Des minéraux lunaires rares proviendraient d'astéroïdes

Des minéraux découverts dans les cratères de la Lune pourraient bien être les... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Laurent BANGUET
Agence France-Presse

Des minéraux découverts dans les cratères de la Lune pourraient bien être les restes d'astéroïdes qui se sont désintégrés à sa surface, et non pas les entrailles lunaires exposées au grand jour par de tels impacts, suggère une étude publiée dimanche.

Les spécialistes pensent de longue date que les météorites se vaporisaient purement et simplement lorsqu'ils entraient en collision avec un corps céleste comme la Lune.

Mais les travaux publiés dans la revue britannique Nature Geoscience pourraient les obliger à réviser la composition du satellite naturel de notre Terre.

L'olivine et la spinelle, deux minéraux relativement rares, ont été découverts dans de nombreux cratères lunaires mais sont quasiment inexistants ailleurs sur la surface. On avait donc logiquement attribué leur présence au choc violent des astéroïdes qui les aurait fait surgir du sous-sol de la Lune.

Olivine et spinelle sont des composants courants des astéroïdes et des météorites, et ont été trouvés au coeur des cratères de Copernic, de Theophilus et de Tycho, qui font une centaine de kilomètres de diamètre.

Des chercheurs chinois et américains ont simulé par ordinateur la formation de tels cratères. Et selon leurs calculs, un astéroïde s'abattant sur la Lune à moins de 12 kilomètres par seconde serait seulement fragmenté et déformé par le choc mais il ne s'évaporerait pas.

Autrement dit, on pourrait en retrouver les traces.

Or environ un quart des impacts lunaires se sont produits à des vitesses inférieures.

«Nous en concluons que certains des minéraux inhabituels observés dans les pics centraux de nombreux cratères d'impact sur la Lune peuvent avoir une origine extérieure, et pourraient ne pas provenir de la Lune», écrivent les chercheurs.

Selon l'un des auteurs, Jay Melosh, de l'Université Purdue d'Indiana (États-Unis), cela résoudrait l'énigme posée par des études précédentes qui avaient démontré que les cratères comme Copernic n'avaient pas une taille suffisante pour avoir exhumé les roches contenues dans les entrailles de la Lune.

Les planétologues devraient donc prendre garde à ne pas se servir de la composition des cratères lunaires pour en déduire celle de l'intérieur de la Lune, qui pourrait fort bien ne pas être de l'olivine, déclare-t-il à l'AFP.

Mais dans un commentaire séparé publié par Nature, Erik Asphaug, de l'Université américaine d'Arizona, estime que le cratère Copernic présente bien des signes d'un impact à haute vitesse, un scénario difficilement conciliable avec la nouvelle théorie défendue par Jay Melosh et son équipe.

Et il émet une hypothèse encore plus osée: pourquoi les spinelles découvertes sur la Lune ne proviendraient pas de la Terre elle-même?

En effet, voici plusieurs milliards d'années, des collisions d'astéroïdes sur la Terre auraient été capables de projeter des débris jusque sur la Lune, à une vitesse suffisamment faible (2km/s) pour que ces roches terrestres s'y soient déposées intactes.

«Cela suggère encore une autre explication à la présence des spinelles sur la Lune : il s'agirait de dépôts provenant du manteau de la Terre», écrit Erik Asphaug.

Sur Terre, la spinelle et l'olivine sont à l'origine de pierres précieuses, comme le péridot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer