Hubble voit plus loin et remonte plus près du Big Bang

Les observations de Hubble ont permis de découvrir... (Photo: NASA)

Agrandir

Les observations de Hubble ont permis de découvrir sept nouvelles galaxies, dont la plus ancienne est âgée de 13,3 milliards d'années.

Photo: NASA

Partager

Marc-Antoine BAUDOUX
Agence France-Presse
Washington

Le télescope spatial Hubble a récemment observé les galaxies les plus lointaines jamais vues, a annoncé la NASA mercredi, une découverte «archéologique» sur les origines de l'univers qui permet de comprendre un peu mieux ce qui s'est passé après le Big Bang.

Ces observations, effectuées sur six semaines en août et septembre, ont permis de découvrir sept nouvelles galaxies, dont la plus ancienne est âgée de 13,3 milliards d'années, soit 380 millions d'années après le Big Bang.

La dernière avancée de taille en la matière portait sur une galaxie qui remontait à 500 millions d'années après le Big Bang.

Cette nouvelle découverte annoncée mercredi rapproche donc encore un peu plus les scientifiques de l'aube de l'Univers, les tout premiers temps après le Big Bang à propos desquels tellement de questions restent pour l'heure en suspens.

«C'était une campagne d'observation très ambitieuse, on a pu remonter jusqu'à 13,3 milliards d'années, quelques millions d'années après le big bang. A cette époque l'univers n'avait que 3% de son âge actuel», a expliqué lors d'une conférence de presse Richard Ellis, astrophysicien à l'Institut de technologie de Californie à Pasadena, qui a participé à cette étude.

«En tout sept nouvelles galaxies ont été découvertes, la plus ancienne date de 380 millions d'années après le big bang», a ajouté Abraham Loeb, du département d'astronomie à l'Université de Harvard.

«Regarder ces premières galaxies permet d'en apprendre beaucoup sur les conditions des premiers temps après le Big Bang, d'apprendre plein de choses sur nos origines. On a ainsi pu observer que ces galaxies étaient 1000 fois plus denses que nos galaxies actuelles», a-t-il ajouté.

«Il faudra regarder encore plus loin»

«Ces images sont comme la première échographie d'un bébé. Ce sont les plus vieilles ''recherches archéologiques'' dont nous disposons sur les origines de l'univers», a encore affirmé M. Loeb.

L'âge estimé de l'univers est de 13,7 milliards d'années. Ces nouvelles galaxies très lointaines donnent une image précise des origines de l'univers car elles nous apparaissent aujourd'hui telles qu'elles étaient il y a 13,3 milliards d'années, 300 à 400 millions d'années après le big bang, précise la NASA.

Le télescope Hubble, lancé en 1990, a été poussé à fond: il a pris des images en lumière quasi infra-rouge avec des temps de pose plus longs que d'habitude et en utilisant efficacement ses filtres de couleur.

«C'est la première fois en 23 ans qu'on a pu utiliser Hubble à pleine capacité», s'est félicité Richard Ellis.

«Pour trouver les premières galaxies il faudra regarder encore plus loin, mais plus on regarde loin, moins il y a de lumière, plus les galaxies sont petites», a repris Abraham Loeb.

Celui-ci attend donc avec impatience le lancement, d'ici au mieux cinq ans, du successeur d'Hubble, le télescope spatial à infrarouge «James Webb Space Télescope/JWST».

Ce sera le plus grand télescope jamais déployé dans l'espace, avec un miroir principal d'un diamètre total de 6,5 mètres, près de trois fois celui de Hubble. Il pourra capter six fois plus de lumière et cela devrait permettre de remonter encore plus loin, peut-être même de révéler le moment même de la création de l'univers.

«Nous n'avons découvert que la partie émergée de l'iceberg», a conclu Richard Ellis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer