• Accueil > 
  • Sciences 
  • > Compressions en science: la recherche fondamentale a particulièrement écopé 

Compressions en science: la recherche fondamentale a particulièrement écopé

L'IRIS montre que les compressions ont surtout touché... (Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse)

Agrandir

L'IRIS montre que les compressions ont surtout touché la recherche « non liée », c'est-à-dire celle qui n'est pas liée à l'industrie ou à des projets jugés stratégiques par le gouvernement.

Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Diminution du nombre de projets financés, baisse des bourses aux étudiants, arrêt de certaines recherches : les compressions fédérales et provinciales en science ont fait mal au cours de la dernière décennie. Et c'est surtout la recherche fondamentale qui en a fait les frais, montre une étude publiée hier par l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS), groupe de gauche. Explications.

RENVERSEMENT FÉDÉRAL

Une lente baisse, suivi d'un sursaut : voilà qui décrit le financement de la recherche par le gouvernement fédéral au cours des dernières années. L'IRIS calcule que de 2007-2008 à 2014-2015, le financement global a chuté de 8,2 % au fédéral. Les sciences humaines ont particulièrement écopé avec une baisse de 14,3 %, contre 5,6 % pour les sciences naturelles et le génie et 8,6 % pour la santé. Selon l'IRIS, ces compressions ont eu un impact considérable sur le nombre de bourses de maîtrise et de doctorat accordées par le fédéral, avec des chutes de 68 et 19 % respectivement.

En 2015, le gouvernement Harper a annoncé un réinvestissement annuel de 46 millions en recherche, auquel les libéraux ont ajouté 95 millions. « C'est un rattrapage, mais on reste encore sous les niveaux de 2007 », explique Samuel-Élie Lesage, chercheur associé à l'IRIS et auteur de l'étude.

DENTS DE SCIE AU PROVINCIAL

L'étude de l'IRIS montre qu'au Québec, le financement provincial a un peu suivi la tendance inverse. L'exemple le plus flagrant est celui du fonds « Nature et technologies », dont les subventions ont augmenté de 31 % de 2007-2008 à 2014-2015 avant de chuter brutalement de 26 % l'an dernier. Les chercheurs expliquent cette situation par le fait que les gouvernements ont déployé des stratégies sur la recherche assorties de fonds spéciaux, mais que le gouvernement Couillard a abandonné ces stratégies à son arrivée au pouvoir. « Ça veut dire que des projets en cours ont connu un arrêt brutal de leur financement », dénonce Samuel-Élie Lesage, qui parle d'« improvisation du gouvernement Couillard ».

RECHERCHE FONDAMENTALE NÉGLIGÉE

L'IRIS montre que les compressions ont surtout touché la recherche « non liée », c'est-à-dire celle qui n'est pas liée à l'industrie ou à des projets jugés stratégiques par le gouvernement. Au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, par exemple, un fonds fédéral, les subventions à la recherche fondamentale ont chuté de 19 % de 2007 à 2015, alors que celles destinées à la recherche « liée » ont augmenté de 35 %. « Il y a des intérêts politiques et économiques qui prennent de plus en plus de place dans la recherche », estime l'IRIS.

PÉRIODE DE TRANSITION

Avec les réinvestissements du fédéral et alors que le gouvernement du Québec planche sur une nouvelle stratégie pour la recherche et l'innovation, le chercheur Samuel-Élie Lesage juge que le milieu de la recherche se trouve actuellement dans une « période de transition ». L'IRIS dit craindre que la ministre Dominique Anglade ne continue de privilégier la recherche liée aux retombées économiques au détriment de la recherche fondamentale. En entrevue à La Presse, il y a quelques semaines, Mme Anglade avait pourtant promis de soutenir la recherche fondamentale. Elle avait aussi révélé que la nouvelle stratégie était prévue pour juin prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer