• Accueil > 
  • Sciences 
  • > Lignes électriques: des cyclistes sous haute tension 

Lignes électriques: des cyclistes sous haute tension

L'Organisation mondiale de la santé indique que «... (Archives La Presse)

Agrandir

L'Organisation mondiale de la santé indique que « même juste au-dessous d'une ligne à haute tension, les courants induits sont très faibles par rapport à l'intensité nécessaire pour produire une électrocution ou d'autres effets biologiques ».

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine dernière, Daniel Latour et sa conjointe Johanne roulaient à vélo lorsqu'il a senti un intense picotement dans les doigts en passant sous les fils d'une ligne électrique à haute tension. Il a d'abord pensé que des guêpes l'avaient piqué, jusqu'à ce que Johanne lui dise avoir eu la même sensation dans les bras. Une décharge électrique ? Eh oui ! Il arriverait en fait régulièrement que des cyclistes qui circulent sous les lignes électriques se plaignent de ce phénomène. Pourquoi ? Est-ce dangereux ? Explications.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE --- POUR ARCHIVES... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE --- POUR ARCHIVES - Des lignes de transport électrique de 735 kV (735 000 volts) de Hydro-Québec TransÉnergie passent au dessus de la rivière des Prairies à la pointe est de l'ile de Montréal --- MARDI 04/06/2013 --- Pour la section : GENERAL -30- Référence# XXXXXX

Photothèque Le Soleil

Est-ce dangereux?

Hydro-Québec assure que les microdécharges sont désagréables, mais inoffensives. La société d'État cite Santé Canada, selon qui les champs électromagnétiques produits par les appareils et les lignes électriques peuvent causer des courants électriques dans le corps humain, mais qui sont plus faibles que ceux produits naturellement par certains organes comme le cerveau et le coeur, et qu'ils ne sont «associés à aucun risque connu pour la santé». L'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que «même juste au-dessous d'une ligne à haute tension, les courants induits sont très faibles par rapport à l'intensité nécessaire pour produire une électrocution ou d'autres effets biologiques».

Méfiance

Il existe une certaine méfiance envers les champs électromagnétiques. L'opposition aux compteurs intelligents d'Hydro-Québec en témoigne. «C'est une controverse», note Stéphane Bélainsky, technicien en hygiène électromagnétique. Il précise qu'Hydro-Québec respecte les normes de l'industrie et que les champs électromagnétiques auxquels nous sommes exposés sont en deçà des limites.

Mais certaines personnes réagissent, indique-t-il, en citant l'exemple de clients qui souffraient de troubles du sommeil ou de la peau avant qu'il ne réduise le champ électromagnétique dans leur maison. L'OMS a recensé des cas de personnes «qui se plaignent d'un ensemble diffus de symptômes et les attribuent à une légère exposition aux champs électromagnétiques». Jusqu'à présent, les données scientifiques ne confirment pas l'existence d'un lien, selon l'organisme.

«On devrait prendre une approche de précautions. Ça ne démontre pas de la prudence de la part d'une société de faire passer des pistes cyclables sous une ligne électrique», croit M. Bélainsky.

Comment l'éviter?

Facile! Vous n'avez qu'à poser la main sur le métal du vélo avant d'entrer dans le champ électromagnétique du pylône - c'est-à-dire environ 100 m - et à maintenir le contact avec le métal. De cette manière, vous et votre monture ne ferez qu'un en passant sous les fils et vous recevrez la même charge électrique. Vous éviterez ainsi la sensation de picotement. Attention: cela ne veut pas dire que votre corps n'est pas chargé, mais simplement qu'il a la même charge que le cadre du vélo.

Pourquoi ça picote?

Lorsque le corps est exposé à un champ électrique, il se charge d'électricité statique, qui s'accumule à la surface de la peau et des poils. Comme lorsqu'on frotte ses chaussures sur un tapis ou un ballon sur sa tête. Si on touche à un objet - dans le cas qui nous occupe, le métal du vélo -, une petite décharge électrique survient lorsque les charges électriques s'équilibrent. Certaines charges électriques arrivent à faire bouger les poils et vibrer la peau.

Et dans la maison?

Les gens qui vivent près des lignes à haute tension peuvent-ils être victimes du même phénomène que les cyclistes et ressentir une décharge en touchant à leur grille-pain, par exemple?

Non. La structure de la maison ainsi que le filage électrique capturent une bonne partie des champs électromagnétiques, explique Stéphane Bélainsky, sans compter que toutes les maisons sont «groundées» (mises à la terre), comme on dit dans le jargon, c'est-à-dire que le panneau électrique est relié à la terre. Le champ électromagnétique observé dans les maisons situées tout près des lignes est toutefois supérieur aux autres, note Hydro-Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer