• Accueil > 
  • Sciences 
  • > Découverte d'une nouvelle espèce de primate à Bornéo 

Découverte d'une nouvelle espèce de primate à Bornéo

Paysage de l'île de Bornéo.... (Photo AFP)

Agrandir

Paysage de l'île de Bornéo.

Photo AFP

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington, DC

Une toute nouvelle espèce de primate nocturne à la morsure toxique a été découverte sur l'île de Bornéo, en Asie du Sud-Est, selon une étude parue dans le Journal Américain de Primatologie.

Une équipe internationale de chercheurs étudiant le comportement du «loris lent» dans la jungle de Bornéo a mis à jour une espèce jusqu'alors cachée de ce petit primate nocturne, en observant les variations de couleurs de la fourrure très caractéristique du visage de l'animal.

«Historiquement, beaucoup d'espèces sont restées non découvertes car elles ont été à tort regroupées ensemble sous une seule et même espèce», explique Rachel Munds, chercheuse à l'Université du Missouri-Columbia (centre) et coauteur de ces travaux. «Si le nombre d'espèces de primates reconnues a doublé ces 25 dernières années, certaines espèces nocturnes restent encore cachées aux yeux de la science», poursuit-elle.

L'étude publiée cette semaine a également permis d'élever au rang d'espèces à part entière deux espèces de primates qui étaient jusqu'alors répertoriées comme sous-espèces.

Le loris lent est un genre de primate proche du lémurien, que l'on retrouve en Asie du Sud-Est, depuis le Bangladesh et la province chinoise du Yunnan, jusqu'à l'île de Bornéo. Le loris lent, aux yeux ronds et globuleux sur un visage ressemblant à un masque, est très rare parmi les primates et est connu pour sa morsure toxique.

Il fait partie de la liste rouge des espèces vulnérables et en danger de l'Union internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN).

La mise à jour de ces nouvelles espèces laisse supposer qu'il y en a encore bien d'autres à découvrir dans la jungle de Bornéo et dans les îles alentours, notamment les Philippines, malgré la menace de l'activité humaine.

«Ces découvertes vont aider à développer les efforts de conservation pour ces primates énigmatiques, bien que des travaux d'enquête sur l'île de Bornéo laissent suggérer que les nouvelles espèces sont soit difficiles à localiser soit que leur nombre peut être très faible», a conclu Rachel Munds.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer