L'Arabie saoudite expulse l'ambassadeur du Canada et rappelle le sien

Riyad abrite les diverses ambassades internationales.... (REUTERS)

Agrandir

Riyad abrite les diverses ambassades internationales.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les relations diplomatiques entre le Canada et l'Arabie saoudite se sont considérablement refroidies dimanche à la suite de l'annonce par le ministre saoudien des Affaires étrangères du rappel de son ambassadeur à Ottawa.

Selon une déclaration du ministère diffusée sur les réseaux sociaux, l'ambassadeur canadien en Arabie saoudite a été déclaré «persona non grata» et il dispose de 24 heures pour quitter le pays.

Riyad a aussi annoncé un gel des échanges commerciaux entre les deux pays.

Le gouvernement saoudien dit rejeter «catégoriquement l'ingérence d'autres États dans (ses) affaires intérieures».

Vendredi, le gouvernement canadien avait déclaré être «gravement préoccupé» par les nombreuses arrestations de militantes des droits des femmes effectuées par les autorités saoudiennes. Ottawa avait notamment cité le cas de Samar Badawi, la soeur du blogueur emprisonné Raif Badawi.

La veille, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait écrit sur Twitter qu'elle était «très alarmée d'apprendre l'emprisonnement de Samar Badawi, la soeur de Raif Badawi, en Arabie saoudite. Le Canada appuie la famille Badawi dans cette difficile épreuve, et nous continuons de fortement appeler à la libération de Raif et Samar Badawi».

Les autorités saoudiennes contestent que les personnes arrêtées soient des militantes. Elles jugent «surprenante» l'attitude du Canada dans ce dossier.

Elles ont aussi menacé le Canada de s'ingérer dans les affaires internes du pays si celui-ci tentait à nouveau de se mêler des leurs.

Tard dimanche soir, une représentante de la ministre des Affaires étrangères a déclaré à La Presse canadienne que «le Canada défendra toujours la protection des droits de la personne, notamment ceux des femmes, et la liberté d'expression dans le monde».

«Nous sommes sérieusement inquiets des rapports par les médias et nous demandons plus de lumière sur la récente déclaration faite par le Royaume d'Arabie saoudite», a ajouté la porte-parole de la ministre.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer