Yémen: les rebelles Houthis contrôlent Sanaa, passe d'armes Iran-Arabie

Mardi, le Conseil des ministres saoudien a «espéré... (Photo REUTERS)

Agrandir

Mardi, le Conseil des ministres saoudien a «espéré voir le soulèvement du peuple yéménite contre les milices Houthis confessionnelles, terroristes et soutenus par l'Iran, débarrasser le Yémen frère de leurs exactions, leurs menaces et leurs extorsions».

Photo REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Riyad

Les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, ont renforcé leur emprise mardi sur la capitale yéménite Sanaa au lendemain de l'élimination de leur ancien allié, devenu leur adversaire, l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Selon des sources sécuritaires, les Houthis ont pris le contrôle de tous les sites qui étaient tenus par des partisans de Saleh quelques heures après sa mort lundi.

Ces derniers développements risquent de faire plonger un peu plus dans le chaos le Yémen, ravagé par la guerre depuis plus de deux ans et en proie à la «pire crise humanitaire au monde», selon l'ONU.

Signe de la dimension régionale croissante du conflit, l'Iran a déclaré, par la voix de son président Hassan Rohani, que les Yéménites allaient faire regretter leurs actions aux «agresseurs», dans une allusion à l'Arabie saoudite, le grand rival régional de la République islamique.

De son côté, le gouvernement saoudien a dit espérer voir le Yémen débarrassé «des milices terroristes soutenues par l'Iran».

À Washington, un haut responsable américain de la défense a estimé que la mort de Saleh n'aiderait pas les parties en conflit à trouver une solution.

La disparition à 75 ans d'Ali Abdallah Saleh, l'ancien homme fort du Yémen, tué lundi par des rebelles Houthis au sud de Sanaa, a ouvert un boulevard aux insurgés qui partageaient jusqu'ici le contrôle de la capitale avec lui, estiment des experts.

D'allié des Houthis, Saleh était devenu leur adversaire la semaine dernière en dénonçant leur volonté de le marginaliser et en tendant la main à l'Arabie saoudite, à la tête d'une coalition qui combat les rebelles depuis 2015.

Les combats entre rebelles ont été particulièrement violents. Mardi, une porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a donné à l'AFP un bilan d'au moins 234 morts et 400 blessés depuis vendredi à Sanaa.

Le parti de Saleh a fait savoir mardi à l'AFP que Tarek Saleh, neveu de l'ex-président et important commandant des forces loyales à ce dernier, avait succombé à des blessures subies lors des combats.

«Saboteurs»

La capitale yéménite a passé la nuit sous les bombardements et les survols intensifs de l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite, ont rapporté des habitants.

Aucune information n'a pu être obtenue sur des victimes éventuelles de ces frappes.

La coalition avait exhorté lundi les civils à se tenir à «plus de 500 mètres» des zones sous contrôle des Houthis, laissant supposer une intensification de ses raids.

Depuis l'annonce de la mort de Saleh, aucun affrontement majeur n'a eu lieu dans Sanaa, hormis quelques escarmouches dans la partie sud de la ville, le fief de ses partisans.

Un haut responsable Houthi, Saleh al-Sammad, avait annoncé tard lundi «la fin des opérations de sécurité et la stabilisation de la situation» à Sanaa.

Il a en même temps confirmé implicitement une campagne de répression contre des proches d'Ali Abdallah Saleh, en déclarant avoir ordonné aux services de sécurité de «prendre des mesures contre les saboteurs et tous ceux qui ont collaboré avec eux».

Des rumeurs courent sur des arrestations de plusieurs personnalités de l'administration et de l'armée, jugées favorables à l'ancien président. Des informations non confirmées ont fait état d'exécutions.

Autre signe de la confiance affichée par les rebelles, une manifestation réunissant des milliers de personnes a eu lieu mardi après-midi pour célébrer, selon leur chef Abdel Malek Al-Houthi, «l'échec du complot ourdi» par Saleh et une frange de son parti, le Congrès populaire général (CPG).

Tombé comme Kadhafi

L'ancien président, qui a survécu à nombre d'attentats pendant sa longue carrière politique, dont 33 ans au pouvoir, est mort dans des circonstances mal éclaircies.

Les Houthis ont annoncé sa mort lundi sans la revendiquer. Une information confirmée plus tard par une dirigeante du parti de l'ex-président qui en a fait porter la responsabilité aux insurgés.

Une source militaire a indiqué qu'il était tombé dans une embuscade tendue par des Houthis au sud de la capitale, tandis que d'autres informations ont fait état de sa mort à la suite de combats dans sa maison.

Des vidéos diffusées par des Houthis ont montré son corps sans vie, les yeux figés et l'arrière de la tête portant une profonde entaille. Son corps inerte dans une couverture fleurie a ensuite été placé à l'arrière d'un pick-up.

Une scène qui rappelle la mort de l'ancien dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, exécuté par des insurgés alors qu'il fuyait en 2011 la capitale Tripoli.

On ignorait mardi où se trouvait le corps et si Saleh aurait des funérailles.

Depuis les Émirats arabes unis, son fils aîné, Ahmed Ali, a publié une déclaration dans laquelle il affirme que son père était mort dans sa maison «les armes à la main».

«Je fais le serment (...) qu'au milieu des blessures, nous allons enfourcher le cheval de bataille pour faire face aux ennemis de la nation», a-t-il dit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer