Plus de 20 morts et 30 blessés dans un attentat en Afghanistan

Il s'agit de la première attaque contre l'ambassade... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Il s'agit de la première attaque contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, après plusieurs attentats contre d'autres missions étrangères.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hoshang Hashimi
Agence France-Presse
Hérat

Un attentat-suicide a fait mardi soir plus de 20 morts dans une mosquée chiite de Hérat, dans l'ouest de l'Afghanistan, au lendemain d'une attaque visant l'ambassade d'Irak à Kaboul revendiquée par le groupe État islamique.

«Jusqu'à présent nous avons reçu plus de vingt corps et plus de trente blessés», a indiqué le porte-parole de l'hôpital régional, Rafiq Shirzai, plus d'une heure après l'explosion qui s'est produite vers 20h00.

Un correspondant de l'AFP sur place a indiqué avoir vu «de nombreux corps» à l'intérieur de la mosquée, laissant craindre un bilan beaucoup plus lourd: il a rapporté la vision de «morceaux de corps éparpillés, de flaques de sang, de gens hurlant, pleurant...» avant d'être chassé par la police.

Cette action n'a pas encore été revendiquée. Mais depuis un an, l'EI a visé à plusieurs reprises des foules et des mosquées de la minorité chiite d'Afghanistan.

Selon le porte-parole de la police de Herat, Abdul Ahad Walizada, «deux terroristes sont impliqués dans l'attaque dont l'un portait un gilet explosif et s'est fait exploser, tandis que le second était armé d'un fusil».

«Tous deux sont morts» a-t-il ajouté, sans donner de précisions sur la mort du deuxième assaillant.

Le correspondant de l'AFP a vu un corps «en morceau» devant l'entrée de la mosquée, sans doute celui du kamikaze.

«L'explosion s'est produite vers 20H00» selon M. Walizada, qui a précisé que «les forces de sécurité ont été déployées» dans le quartier de la mosquée.

«Une explosion s'est produite à la porte de la mosquée Jawadya», a également annoncé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Najeeb Danish.

Cet attentat intervient au lendemain d'une attaque complexe menée par quatre assaillants contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, revendiquée par le groupe État Islamique, qui a fait deux morts parmi le personnel afghan.

L'organe de propagande de l'EI, Amaq, a revendiqué l'opération.

C'était la première attaque contre l'ambassade d'Irak à Kaboul, après plusieurs attentats contre d'autres missions étrangères.

Cette série d'attaques intervient en pleine débâcle de l'EI en Irak et en Syrie.

L'EI, qui recule au Levant, est apparu dans l'est de Afghanistan pour fonder «L'émirat du Khorasan», le nom antique de la région, début 2015. Il progresse désormais dans le nord du pays malgré les raids aériens américains qui ciblent régulièrement ses positions.

Pour un analyste afghan à Kaboul, «cette attaque a prouvé que l'EI est une véritable menace en Afghanistan».

«Pour venger sa défaite en Irak, l'EI et ses partisans (...) ont conduit l'attaque contre l'ambassade d'Irak: c'est facile d'attaquer des cibles molles en Afghanistan», relevait mardi Jawed Kohistani, joint par l'AFP.

Selon une source de sécurité refusant d'être identifiée, «l'EI pourrait bien s'avérer plus dangereux que les talibans en Afghanistan».

Le groupe a revendiqué plusieurs attentats sanglants au coeur de Kaboul depuis un an, dont le premier le 23 juillet 2016 avait fait 84 morts et 300 blessés au sein de la minorité chiite afghane.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer