Esplanade des Mosquées: Nétanyahou défend le retrait des détecteurs de métaux

Israël avait justifié la mise en place d'un... (PHOTO MAHMOUD ILLEAN, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Israël avait justifié la mise en place d'un nouveau dispositif de sécurité sur l'esplanade des Mosquées en affirmant que les assaillants du 14 juillet y avaient dissimulé des armes et en étaient sortis pour mener leur attentat.

PHOTO MAHMOUD ILLEAN, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a défendu dimanche sa décision de retirer les détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est occupé et annexé après des violences meurtrières, affirmant qu'elle était dans l'intérêt de la sécurité.

Israël avait installé des détecteurs de métaux et des caméras de surveillance aux entrées de l'esplanade des Mosquées après une attaque meurtrière ayant coûté la vie à deux soldats israéliens le 14 juillet.

De nombreuses manifestations ont suivi et des heurts entre forces israéliennes et manifestants palestiniens ont coûté la vie à sept Palestiniens à Jérusalem-Est, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Un Palestinien a également tué trois colons en Cisjordanie.

Confronté à de fortes pressions internationales, M. Nétanyahou a finalement reculé, annonçant d'abord le retrait des détecteurs de métaux puis de toutes les nouvelles mesures de sécurité mises en place le 16 juillet.

Un sondage effectué auprès de juifs israéliens montre que 77 % d'entre eux estiment que la décision du premier ministre constitue une « capitulation ». Des médias généralement proches de Benyamin Nétanyahou ont eux aussi critiqué sa gestion de la crise.

« J'entends les sensibilités du public, je comprends leurs sentiments, je sais que la décision que nous avons prise n'est pas la plus facile », a affirmé M. Nétanyahou dans sa première déclaration publique sur le sujet, lors de la réunion hebdomadaire de son cabinet.

« En même temps, en ma position de premier ministre, de celui qui porte la charge de la sécurité d'Israël sur ses épaules, je suis obligée de prendre des décisions calmement et attentivement », a-t-il ajouté.

Israël avait justifié la mise en place d'un nouveau dispositif de sécurité sur l'esplanade des Mosquées en affirmant que les assaillants du 14 juillet y avaient dissimulé des armes et en étaient sortis pour mener leur attentat.

Mais les Palestiniens y avaient vu une tentative de l'État hébreu d'affermir son contrôle sur ce site, que les juifs considèrent comme leur lieu le plus sacré et les musulmans leur troisième lieu le plus saint.

Ils avaient alors arrêté de prier à l'intérieur du site, un boycottage finalement levé après le retrait par Israël du nouveau dispositif de sécurité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer