Rencontre «dangereuse» entre des navires iraniens et un destroyer américain

Le USS Nitze, qui peut tirer des missiles balistiques,... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le USS Nitze, qui peut tirer des missiles balistiques, a dû changer de cap pour éviter une éventuelle collision.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Quatre navires militaires iraniens sont passés mardi à pleine vitesse près du destroyer américain USS Nitze avec leurs armes découvertes dans le détroit d'Ormuz, ce qui a constitué une rencontre « dangereuse et non professionnelle », ont indiqué des responsables américains de la Défense mercredi.

Le bâtiment américain a tiré des fusées d'avertissement, a sifflé et essayé sans succès de communiquer avec les navires iraniens, a précisé Kyle Raines, un porte-parole du commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom), dans un communiqué. Selon lui, les vaisseaux iraniens se sont approchés à moins de 300 m du destroyer américain qui était accompagné d'un autre navire américain, l'USS Mason.

Cette rencontre s'est déroulée dans les eaux internationales du détroit d'Ormuz, voie commerciale essentielle du trafic international, au sud de l'Iran et au nord des Émirats arabes unis.

Selon le Centcom, l'USS Nitze, qui peut tirer des missiles balistiques, a dû « changer de cap pour éviter une éventuelle collision, alors que ses possibilités de manoeuvre étaient limitées car il était près de plateformes pétrolières ». Finalement, les navires iraniens « ont ralenti avant de s'éloigner », a ajouté le Centcom.

« Nous estimons que cette interaction a été dangereuse et non professionnelle car les navires iraniens n'ont pas respecté les lois internationales et les règles de navigation maritime internationalement reconnues », a conclu le Centcom dans son communiqué.

En janvier, la marine iranienne avait brièvement capturé les équipages de deux petits bateaux de patrouille américains qui s'étaient égarés dans les eaux iraniennes. Les 10 marins américains avaient été relâchés 24 heures plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer