Critiqué de toutes parts, le Parlement irakien s'enfonce dans la crise

Le premier ministre irakien, Haider al-Abadi.... (PHOTO AZAD LASHKARI, archives REUTERS)

Agrandir

Le premier ministre irakien, Haider al-Abadi.

PHOTO AZAD LASHKARI, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
W.G. Dunlop
Agence France-Presse
Bagdad

Guerre contre les djihadistes, crise économique, corruption généralisée: les défis s'accumulent en Irak, mais le Parlement, pierre angulaire de la vie politique, ne parvient pas à y répondre et s'enfonce dans la tourmente.

La paralysie persistante de cette institution de l'État, et tout récemment les accusations de corruption contre son président et certains députés, ont renforcé le mécontentement de nombreux Irakiens pour qui le Parlement est inefficace et ne sert que les intérêts de ses membres.

«Tous nos problèmes viennent d'eux», proteste Ali Majid al-Saadi, un Irakien de 26 ans, dans une rue commerçante de Bagdad.

«Je n'ai absolument aucune confiance (dans le Parlement), ni en aucun député», renchérit Saifeddin Khazali, 33 ans. «Ils ne représentent pas le peuple», dit-il à l'AFP.

La dernière crise en date à l'Assemblée a été provoquée par des déclarations début août du ministre de la Défense, Khalid al-Obeidi, qui a accusé le président du Parlement, Salim al-Joubouri, et plusieurs parlementaires de corruption et de chantage.

Ces accusations ont entraîné l'ouverture d'une enquête judiciaire et une interdiction de quitter le territoire à M. Joubouri et à d'autres députés. À son tour, ce dernier a poursuivi M. Obeidi pour diffamation.

Il y a quelques mois, les députés ne sont pas parvenus à s'entendre sur un nouveau gouvernement de technocrates proposé par le premier ministre Haider al-Abadi et censé s'attaquer à une corruption endémique. Les partis politiques représentés au Parlement s'opposaient à un tel cabinet par peur de perdre leurs portefeuilles ministériels et leurs privilèges.

L'Assemblée avait alors connu des sessions houleuses marquées par des altercations verbales et physiques, un sit-in et même un vote pour limoger le président de la chambre.

Agacés par l'inaction des députés, des milliers de manifestants ont pénétré à deux reprises dans la Zone verte, un quartier ultrasécurisé de Bagdad regroupant les principales institutions du pays, occupant brièvement le Parlement.

Institution «incompétente»

Cette tourmente parlementaire intervient alors que l'Irak fait face à de nombreux défis, peut-être les plus cruciaux de son Histoire récente.

Le pays mène une guerre acharnée contre le groupe extrémiste État islamique (EI) qui s'est emparé de plusieurs pans de son territoire en 2014, et les Nations unies craignent que la crise politique ne bénéficie in fine aux djihadistes.

La guerre contre l'EI est coûteuse. Or le pays fait également face à une crise financière due à la chute des prix du pétrole qui s'est greffée à des années de mauvaise gestion et de corruption.

Lassés des pénuries quotidiennes notamment d'électricité, des milliers d'Irakiens sont régulièrement descendus dans la rue depuis un an pour réclamer des services publics de qualité et la fin du népotisme.

Mais le Parlement a échoué à répondre à ces défis, se montrant même incapable de légiférer sur un domaine aussi important que la sécurité, relève Zaïd al-Ali, expert et auteur de «La lutte pour le futur de l'Irak».

«Le Parlement est et a été l'une des institutions les moins compétentes en Irak depuis 2005», estime M. Ali. «C'est très problématique, car notre Constitution définit l'Irak comme une démocratie parlementaire et place le Parlement au centre de toutes les activités de l'État», poursuit-il.

L'inertie de l'institution s'explique par plusieurs facteurs.

Les parlementaires sont accusés de placer leurs intérêts ou ceux de leurs partis et de leurs confessions au-dessus de ceux de la nation.

Il ne compte pas réellement d'opposition et tous les grands partis ont des ministres au gouvernement. Le consensus prime ainsi sur le débat, au risque de rejeter toute mesure audacieuse.

La crise récente n'affectera pas davantage la confiance dans le Parlement, que les Irakiens considèrent déjà «comme une blague», estime M. Ali.

Un renouvellement des députés pourrait améliorer la situation, mais les prochaines élections législatives n'auront pas lieu avant 2018 et rien ne dit qu'elles changeront la donne.

En attendant, les Irakiens sont forcés de vivre avec une assemblée à laquelle ils ne croient pas.

Le Parlement est «une institution inutile», résume pour l'AFP le journaliste Ali Hassun. «Si on le supprimait, cela irait mieux.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer