Des ONG demandent à l'ONU de remettre Riyad sur la liste noire

Des enfants posent pour la caméra dans un... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des enfants posent pour la caméra dans un camp de déplacés près de la capitale yéménite Sanaa.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Vingt organisations de défense des droits de l'homme ont appelé mercredi l'ONU à remettre la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite sur sa liste noire des pays violant les droits des enfants, pour sa responsabilité présumée dans la mort de centaines d'enfants au Yémen.

L'ONU a cédé lundi à la pression de Riyad en retirant la coalition d'une liste noire annuelle de pays et organisations accusés notamment d'être responsables de la mort d'enfants dans des conflits armés.

Pour Jo Becker, responsable de la protection des enfants à Human Rights Watch, cette décision «va à l'encontre des preuves flagrantes qui montrent que les violations commises par la coalition menée par l'Arabie saoudite ont tué et blessé des centaines d'enfants au Yémen».

Une telle volte-face de l'ONU sous la pression d'un gouvernement «rend dérisoires les efforts de l'ONU pour protéger les enfants», estime HRW.

Parmi les signataires, qui ont envoyé une lettre à Ban Ki-moon, figurent Amnesty International, OXFAM et Terre des Hommes.

Selon des diplomates, l'Arabie saoudite a exercé de très fortes pressions pour obtenir son retrait de la liste. Riyad a ainsi menacé de couper des financements saoudiens aux agences de l'ONU, notamment l'UNRWA qui aide les réfugiés palestiniens et qui connait de graves difficultés financières.

Les Saoudiens ont aussi clairement dit que les négociations de paix au Yémen en cours entre le gouvernement yéménite que soutient la coalition et les rebelles chiites houthis risquaient d'en pâtir.

Riyad a mobilisé en sa faveur l'Organisation de la coopération islamique et la Ligue arabe.

Les Saoudiens «ont activé beaucoup de soutiens et certains d'entre eux ont fait monter la pression sur le secrétaire général et l'ONU», a expliqué un diplomate du Conseil de sécurité.

«L'Arabie saoudite et d'autres se sont exprimés de manière parfaitement claire au cours de plusieurs conversations», a reconnu le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa, sont également épinglés dans le rapport annuel de l'ONU publié la semaine dernière et qui détaille le sort des enfants victimes de conflits armés en 2015 dans 14 pays

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer