L'EI commet trois attentats suicide au Yemen, tuant 22 personnes

Les groupes djihadiste ont profité de la guerre... (Photo Anees Mahyoub, archives Reuters)

Agrandir

Les groupes djihadiste ont profité de la guerre au Yémen pour renforcer leur présence dans le sud du pays (ici la ville de Taiz, le 14 mars) et notamment à Aden, où elles ont multiplié les attaques contre l'armée, la police et des responsables locaux.

Photo Anees Mahyoub, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ADEN

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué les trois attentats suicide et ce que l'organisation djihadiste décrit comme une « attaque contre une base de la coalition » arabe, qui ont fait 22 morts vendredi à Aden, au sud du pays.

L'agence Amaq, liée à l'EI, a indiqué que « des combattants de l'EI ont lancé trois opérations martyres et une attaque contre une base de la coalition (arabe sous commandement saoudien) à Aden », disant avoir tué au moins 27 personnes. Un responsable de sécurité avait indiqué peu avant que ces opérations avaient tué 22 personnes, dont dix civils.

Selon lui, deux bombes ont explosé simultanément à deux points de contrôle différents dans le quartier d'Al-Chaab, dans la banlieue ouest d'Aden.

Dans la foulée, des hommes armés ont une base de la coalition arabe sous commandement saoudien, qui intervient militairement au Yémen en soutien des forces loyalistes contre une rébellion chiite, a ajouté le responsable.

Des hélicoptères de la coalition ont frappé des positions des hommes armés dans le secteur tandis que ces derniers tentaient de progresser vers la base.

Une troisième bombe, placée dans une ambulance, a explosé à un point de contrôle près de Mansoura, dans le centre d'Aden, selon le même responsable.

Les forces loyalistes ont chassé les rebelles chiites d'Aden à l'été dernier, avec l'appui de la coalition arabo-sunnite menée par Ryad.

La deuxième ville du pays a depuis été déclarée « capitale provisoire » du pays par les autorités reconnues par la communauté internationale mais le niveau d'insécurité y est tel que ces dernières ne peuvent pas revenir s'y installer complètement.

Les groupes djihadistes comme Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) et l'organisation État islamique (EI) ont profité de la guerre au Yémen pour renforcer leur présence dans le sud du pays et notamment à Aden, où elles ont multiplié les attaques contre l'armée, la police et des responsables locaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer