L'ONU demande aux Émirats arabes unis de libérer un détenu canadien

Salim Alaradi est emprisonné depuis le mois d'août... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Salim Alaradi est emprisonné depuis le mois d'août 2014.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'ONU demande aux Émirats arabes unis de libérer un Canadien et quatre autres prisonniers qui auraient été torturés depuis le début de leur détention, il y a 18 mois.

La cause de l'homme d'affaires canadien Salim Alaradi, qui est d'origine libyenne, se trouve actuellement devant la Cour fédérale suprême des ÉAU, où il a plaidé non coupable à trois accusations terroristes.

L'ONU a indiqué par voie de communiqué, lundi, être en possession «d'informations crédibles» selon lesquelles M. Alaradi et d'autres détenus ont été torturés pour les contraindre à passer aux aveux.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan E. Menendez, ajoute que les individus ont été confinés à des prisons secrètes ou placés en isolement pendant de longues périodes depuis le début de leur détention.

L'ONU dit que la réponse émirienne a été «peu convaincante».

M. Alaradi était en cour lundi. Sa famille dit que le juge a accepté que l'homme de 46 ans soit examiné par un médecin légiste, avant d'ajourner le procès jusqu'au 29 février.

M. Alaradi a appris il y a à peine un mois qu'on le soupçonne d'avoir financé, appuyé et collaboré avec des organisations terroristes. Sa famille et ses avocats affirment que sa détention demeurait inexpliquée jusqu'à ce moment. Son avocat ajoute qu'on lui reproche spécifiquement d'avoir appuyé deux groupes terroristes libyens.

M. Alaradi gérait une entreprise à Dubaï quand il a été subitement arrêté en avril 2014. Il était à ce moment en vacances aux Émirats arabes unis avec sa famille.

M. Alaradi est né en Libye, mais a immigré au Canada depuis les Émirats arabes unis en 1998. Il s'était alors installé à Vancouver. Il a décidé de retourner aux Émirats arabes unis en 2007 pour lancer une entreprise d'électroménagers avec son frère.

Son avocat fait valoir qu'il n'habite plus la Libye depuis 25 ans et qu'il n'a aucune implication politique dans son ancien pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer