Une vidéo de l'interrogatoire d'un adolescent palestinien suscite la controverse

Ahmed Manasra (ci-dessus), 13 ans, et son cousin... (PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP)

Agrandir

Ahmed Manasra (ci-dessus), 13 ans, et son cousin Hassan, 15 ans, sont accusés d'avoir poignardé le 12 octobre deux Israéliens, dont un adolescent de leur âge, dans la colonie israélienne de Pisgat Zeev à Jérusalem-Est.

PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Une vidéo à la provenance mystérieuse montrant l'interrogatoire par des enquêteurs israéliens d'un Palestinien de 13 ans accusé de tentatives de meurtre contre des Israéliens a suscité une controverse mardi.

Ahmed Manasra, 13 ans, et son cousin Hassan, 15 ans, sont accusés d'avoir poignardé le 12 octobre deux Israéliens, dont un adolescent de leur âge, dans la colonie israélienne de Pisgat Zeev à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël.

Hassan Manasra a été percuté par un véhicule alors qu'il prenait la fuite. Il est mort. Ahmed a lui été placé dans un centre de redressement et non pas en prison en raison de son jeune âge.

Lundi soir a été postée sur l'internet une vidéo montrant l'interrogatoire d'Ahmed Manasra par des enquêteurs israéliens.

AVERTISSEMENT: ces images peuvent choquer



La vidéo, éditée, montre les enquêteurs l'interrogeant en arabe et lui faisant apparemment visionner des images de vidéosurveillance où lui et son cousin courent armés de couteaux derrière des Israéliens.

À plusieurs reprises, des enquêteurs hurlent sur l'adolescent en pleurs: «Regarde! Menteur! C'est toi!».

«Je ne sais pas, je ne me rappelle plus, tout ce que vous dites doit être vrai, moi je ne me rappelle plus de rien», répond Ahmed Manasra, visiblement exténué, en se frappant le visage.

On ignore qui a fait fuiter sur la place publique cette vidéo à laquelle ont accès toutes les parties au dossier.

Elle a été visionnée des centaines de milliers de fois et a provoqué une vive émotion chez les Palestiniens qui dénoncent la violence excessive de l'interrogatoire.

La porte-parole de la police, Luba Samri, interrogée par l'AFP, a affirmé: «Nous parlons d'un terroriste accusé d'avoir essayé de tuer des innocents».

«La police a mené l'enquête de façon professionnelle et sans aucune discrimination», a-t-elle ajouté.

Cette vidéo «est une compilation d'extraits», a indiqué à l'AFP l'avocat de l'adolescent palestinien, Tariq Barghouth, en marge d'une nouvelle audience consacrée à l'affaire à Jérusalem.

L'avocat dit avoir pu consulter la totalité de l'interrogatoire, d'une durée de 4 h 30. Il a affirmé qu'il y avait des moments plus violents et que ce type d'interrogatoire était courant de la part de la police israélienne même si en général ils se déroulent ainsi «avec des mineurs plus âgés».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer