Nouvelles attaques anti-israéliennes près de Hébron, un Palestinien tué

Trois gardes-frontières israéliens ont été blessés près de... (PHOTO HAZEM BADER, AFP)

Agrandir

Trois gardes-frontières israéliens ont été blessés près de Beit Einoun dans une attaque à la voiture bélier, a indiqué la police israélienne. Sur la photo, des enquêteurs documentent l'accident.

PHOTO HAZEM BADER, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, a de nouveau été agitée dimanche par des violences avec une attaque au couteau et une autre à la voiture bélier contre des soldats et des policiers israéliens, ont dit l'armée et la police israéliennes.

L'auteur palestinien de l'attaque au couteau a été tué par les soldats israéliens, a dit l'armée. Celui de l'attaque à la voiture bélier a pris la fuite après avoir blessé trois policiers, a dit la police.

La première attaque s'est déroulée à un point de contrôle de l'armée près du village de Beit Einoun, non loin de la colonie juive de Kyriat Arba et théâtre de violences répétées.

En début d'après-midi, «un Palestinien a tenté de poignarder un soldat durant de violentes émeutes à Beit Einoun. Les soldats qui étaient déployés sur place ont riposté à cette menace immédiate et ont tiré sur l'agresseur qui a été tué», a dit l'armée israélienne dans un communiqué.

L'agresseur a été identifié par des sources médicales palestiniennes comme étant Fadi Faroukh, 27 ans.

Plus tard, trois gardes-frontières israéliens ont été blessés près de Beit Einoun dans une attaque à la voiture bélier, a indiqué la police israélienne.

Un des policiers souffre de blessures sérieuses et les deux autres ont été légèrement touchés, selon les secours israéliens. Des policiers présents sur les lieux ont ouvert le feu, mais l'auteur de l'agression a pris la fuite, a dit la police.

Le secteur de Beit Einoun avait déjà été le théâtre d'attentats ces derniers jours.

Les autorités israéliennes ont par ailleurs restitué le corps d'un Palestinien de 22 ans tué par l'armée lors d'une attaque menée le 26 octobre. Raëd Jaradat a ainsi pu être enterré dimanche dans le village de Saïr, non loin de Hébron.

Les autorités israéliennes refusaient de restituer aux familles les corps des Palestiniens tués pour avoir tenté ou mené une attaque, une disposition faisant partie des mesures annoncées par le gouvernement début octobre.

Vendredi, Israël a affirmé avoir restitué sept corps aux familles.

Le ministre israélien de la Défense, Moche Yaalon, a indiqué dimanche qu'il acceptait de remettre à l'Autorité palestinienne les corps des Palestiniens de Cisjordanie occupée à condition que les funérailles ne se transforment pas en manifestations.

«J'ai ordonné la restitution des corps à la région de Hébron. Si nous voyons que les funérailles se déroulent dans le calme, nous continuerons à restituer les corps», a-t-il affirmé. «Sinon, nous ne remettrons pas les corps et nous les enterrerons même sur notre territoire», a prévenu le ministre.

Tout le secteur de Hébron est parcouru par de vives tensions entre Palestiniens et colons juifs, qui vivent sous la protection des forces israéliennes.

Depuis le 1er octobre, les violences dans les Territoires palestiniens et en Israël ont fait 68 morts parmi les Palestiniens, dont un Arabe israélien, et neuf parmi les Israéliens. La moitié des Palestiniens tués l'ont été en commettant ou tentant de commettre des attentats, pour la très grande majorité au couteau contre des soldats, policiers ou civils israéliens.

Ces attaques ont débuté dans la Vieille ville de Jérusalem, où se trouve la très sensible esplanade des Mosquées, mais elles se concentrent désormais dans le secteur de Hébron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer