Afghanistan: un F-16 américain touché par des tirs talibans

Des photos obtenues par l'AFP et étudiées par... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des photos obtenues par l'AFP et étudiées par l'analyste militaire britannique J. Chacko prouvent que le F-16 a dû se délester de deux réservoirs additionnels, d'un missile air-sol et de deux bombes non guidées.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KABOUL

Un avion de chasse américain a été touché par des tirs talibans dans l'est de l'Afghanistan, ce qui l'a obligé à larguer des réserves de kérosène avant de rentrer à sa base, un rare incident confirmé à l'AFP par des sources militaires.

En règle générale, les hélicoptères militaires sont les plus exposés aux tirs ennemis, en raison de la basse altitude à laquelle ils volent. L'incident impliquant le F-16 dans la province instable de Paktia illustre donc les risques toujours encourus par les troupes étrangères en Afghanistan, à l'heure où le président Barack Obama a décidé de maintenir plusieurs milliers de soldats américains dans le pays après 2016.

L'attaque s'est produite mardi dernier dans le district de Sayed Karam, en grande partie sous le joug des rebelles talibans. Sur Twitter, les insurgés se sont empressés d'affirmer qu'ils avaient abattu un avion de chasse.

S'ils sont prompts à exagérer les bilans de leurs attaques, cette revendication était inhabituelle. Depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir par une coalition emmenée par les États-Unis en 2001, les talibans n'ont en effet jamais réussi à abattre un avion de chasse, encore moins un F-16, un appareil capable de voler à Mach 2 et d'atteindre une altitude de 15 000 m. Interrogée par l'AFP, l'armée américaine a d'abord indiqué n'avoir «aucun élément qui soutienne la revendication des talibans». Mais des photos obtenues par l'AFP et étudiées par l'analyste militaire britannique J. Chacko prouvent que le F-16 a dû se délester de deux réservoirs additionnels, d'un missile air-sol et de deux bombes non guidées.

Pressé par l'AFP de s'expliquer, l'état-major américain a ensuite reconnu que le F-16 avait bel et bien été «touché par des tirs». «Le pilote a largué deux réservoirs et trois munitions avant de rentrer à la base en toute sécurité. Le pilote n'a pas été blessé», a-t-il ajouté.

M. Chacko ainsi que deux autres analystes contactés par l'AFP estiment que l'appareil devait voler très bas pour être touché par des armes à feu de calibre relativement petit. Officiellement, ni les troupes américaines ni leurs homologues afghanes ne menaient d'opération dans la zone au moment de l'attaque, ce qui fait dire à J. Chacko que le F-16 appuyait probablement des forces spéciales en difficulté.

Les soldats de l'OTAN ont mis fin à leur mission de combat en Afghanistan fin 2014, et les 13 000 soldats de la force résiduelle se contentent officiellement de former et de conseiller l'armée afghane. Des forces spéciales américaines continuent cependant à conduire des opérations secrètes sur le terrain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer