Des Palestiniens des territoires réunis pour un match historique de soccer

Le match prévu entre les deux équipes de...

Agrandir

Le match prévu entre les deux équipes de territoires séparés par Israël pourrait regrouper jusqu'à 10 000 spectateurs à Gaza, où le ballon rond est une véritable religion (photo : des enfants palestiniens réfugiés dans un camp des Nations-Unis)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
RAMALLAH

Le club de soccer al-Ahli d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, s'apprête à affronter le club gazaoui Chajaya, une rencontre «historique», les équipes des deux territoires, géographiquement séparés, ne s'étant pas rencontrées depuis 15 ans.

Ce «match historique», selon les mots d'Achraf Matar, journaliste sportif à Gaza, aura une forte portée symbolique à plus d'un niveau.

Il oppose le champion de la Cisjordanie au club de Chajaya, l'un des quartiers les plus ravagés par l'offensive israélienne de l'été dernier sur Gaza. Il se tiendra dans le stade Yarmouk de Gaza, également en partie détruit par les avions de combat israéliens. Et les athlètes palestiniens se réunissent après 15 années de championnats séparés au moment même où les politiciens se déchirent de nouveau après une réconciliation qui a fait long feu.

Traverser une partie du territoire israélien

Le match aller est prévu vendredi à Gaza et retour dimanche à Hébron, a annoncé à l'AFP le chef de la Fédération palestinienne de soccer Jibril Rajoub. L'équipe d'al-Ahli a finalement obtenu lundi tous les laissez-passer israéliens nécessaires à son entrée dans la bande de Gaza, a-t-il ajouté. Pour rejoindre l'enclave, au sud de la Cisjordanie, l'équipe devra traverser une partie du territoire israélien et l'entrée des Palestiniens de Cisjordanie dans la bande de Gaza est également soumise à l'approbation de l'État hébreu.

«Nous espérons que ce match sera une façon d'incarner l'unité de notre peuple, surtout alors que nos politiques sont divisés. Si on y arrive, c'est la preuve que le sport peut parvenir à obtenir des avancées là où la politique a échoué», veut croire Kifah al-Chérif, président d'al-Ahli, joint par téléphone en Italie où l'équipe, entraînée par l'Italien Stephano Cusin, prépare son match.

Selon M. Matar, ce match qui pourrait regrouper jusqu'à 10 000 spectateurs à Gaza, où le ballon rond est une véritable religion, «va être la première brèche dans le siège imposé au sport gazaoui, sans compter le siège politique et économique» que subit l'enclave palestinienne depuis neuf ans sous blocus israélien et dans laquelle rien ni personne n'entre ni ne sort sans en avoir obtenu l'autorisation d'Israël.

Restrictions de mouvements

La Fifa a chargé une commission d'examiner les plaintes déposées par les Palestiniens contre la Fédération israélienne de soccer, notamment du fait des restrictions de mouvement imposées aux joueurs palestiniens. La Fédération palestinienne entend faire de ce match Chajaya-Ahli un nouveau test.

Le vainqueur remportera le Championnat de Palestine et représentera le pays, membre de la Fifa depuis 1998, lors des compétitions régionales et internationales.

«Nous espérons que ce match sera une façon d'incarner l'unité de notre peuple, surtout alors que nos politiques sont divisés. Si on y arrive, c'est la preuve que le sport peut parvenir à obtenir des avancées là où la politique a échoué.»

Kifah al-Chérif
président du club de soccer al-Ahli
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer