La justice israélienne enquêtera sur les dépenses des Nétanyahou

Sara et Benyamin Nétanyahou à Jérusalem, en octobre 2013.... (PHOTO DAN BALILTY, ARCHIVES AP)

Agrandir

Sara et Benyamin Nétanyahou à Jérusalem, en octobre 2013.

PHOTO DAN BALILTY, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Les dépenses du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et de son épouse Sara seront soumises à une enquête judiciaire, à la suite d'accusations sur l'utilisation de fonds publics à des fins privées, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le procureur général Yéhuda Weinstein a ordonné cette procédure après une enquête préliminaire lancée en février à la suite d'une série «d'affaires» qui ont fait la une des médias ces dernières années.

L'ancien majordome au bureau du premier ministre Meni Naftali, qui a été licencié, est le principal accusateur.

Parmi les dossiers qu'il a révélés et qui sont évoqués en détail par les médias figure le transfert dans la villa personnelle de la famille Nétanyahou à Césarée de meubles de jardin acquis avec des fonds publics et officiellement destinés à la résidence du premier ministre à Jérusalem.

Les Nétanyahou auraient également eu recours à Avi Fahima, un électricien ami de la famille et ancien membre du Comité central du Likoud, le parti du premier ministre, pour des réparations «privées» dans la villa de Césarée sur le compte des contribuables. L'électricien aurait également «artificiellement gonflé» ses factures.

Une autre affaire au parfum de scandale porte sur les consignes de bouteilles bues à la résidence du premier ministre. Sara Nétanyahou a été accusée d'avoir empoché entre 2009 et 2013 le produit de ces consignes alors que l'argent aurait dû revenir au Trésor public.

En 2013, le premier ministre avait remboursé 1000 $. Mais selon Meni Naftali, le produit de ces consignes serait six fois supérieur.

Selon les médias, le directeur général adjoint du bureau du premier ministre Ezra Saidoff ainsi que l'électricien vont être interrogés par la police et sont considérés comme les principaux suspects.

Sur le front politique, les commentateurs estiment que Benyamin Nétanyahou ne devrait pas être inquiété par cette enquête.

«Il a toujours réussi jusqu'à présent à justifier sa réputation de premier ministre «téflon», c'est à dire sur qui tout glisse», explique à l'AFP un haut responsable israélien qui requiert l'anonymat. «Toutes ces affaires qui ont fait l'objet d'une enquête préliminaire juste avant les législatives de mars et qui étaient donc connues de tous n'ont pas empêché Nétanyahou de l'emporter haut la main», rappelle-t-il.

«Il faudrait vraiment que des choses extraordinaires sortent de l'enquête pour qu'il soit inquiété», prévoit-il.

Pour leur défense, M. Nétanyahou et son épouse se sont déclarés victimes d'anciens employés «aigris» cherchant à leur soutirer de l'argent et encouragés par des médias considérés comme «hostiles».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer