Nétanyahou rencontre la famille d'un Israélien détenu à Gaza sur fond de polémique

Benjamin Nétanyahou a rencontré la famille d'Avraham Mengitsu... (PHOTO TSAFRIR ABAYOV, AP)

Agrandir

Benjamin Nétanyahou a rencontré la famille d'Avraham Mengitsu «pendant plus d'une heure» à son domicile d'Ashkélon, au sud de Tel-Aviv, ont indiqué les services du premier ministre israélien dans un communiqué.

PHOTO TSAFRIR ABAYOV, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a rencontré vendredi les proches d'un Israélien d'origine éthiopienne détenu à Gaza, après un début de polémique sur les déclarations intimidantes d'un haut responsable israélien à sa famille.

Benjamin Nétanyahou a rencontré la famille d'Avraham Mengitsu «pendant plus d'une heure» à son domicile d'Ashkélon, au sud de Tel-Aviv, ont indiqué les services du premier ministre israélien dans un communiqué.

Selon les médias israéliens, il s'agit de la première visite de M. Nétanyahou à sa famille depuis la disparition du jeune homme, âgé de 28 ans, il y a 10 mois.

«Nous faisons tout, tout ce qui est en notre pouvoir, pour ramener Avera (diminutif de Avraham) au pays, de même que nous sommes également en contact avec la famille de l'autre citoyen israélien pour le ramener lui aussi en Israël», a déclaré M. Nétanyahou à l'issue de sa rencontre avec la famille Mengitsu.

Une censure militaire sur l'affaire de Mengistu a été levée jeudi, mais elle s'applique toujours à celle de l'Arabe israélien. Le ministère de la Défense a indiqué que les deux hommes étaient détenus par le mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza.

La visite de M. Nétanyahou intervient après une vague de protestations provoquées par les propos d'un haut responsable israélien qui mettait en garde les proches d'Avraham Mengitsu contre d'éventuelles critiques sur la façon dont le gouvernement gérait l'affaire.

Selon un enregistrement des propos de M. Lotan, diffusé jeudi par la chaîne de télévision privée Channel 10, ce dernier a déclaré à la famille d'Avraham Mengistu lors d'une rencontre mercredi : «Quiconque placerait l'affaire d'Avera dans le contexte des relations entre la communauté éthiopienne et l'État d'Israël le laisserait à Gaza pour une année supplémentaire».

Israël compte une forte communauté éthiopienne - 135 000 personnes - qui s'estime discriminée. Ses membres ont organisé plusieurs rassemblements ces derniers mois afin de dénoncer la brutalité policière.

M. Lotan s'est ensuite excusé du «ton et du contenu de ses déclarations», a indiqué une source officielle vendredi.

«Je ne me souviens pas de déclarations aussi répugnantes que celles que nous avons entendues hier (jeudi)», avait auparavant déclaré Sima Kadmon dans les colonnes du journal à grand tirage Yediot Aharonot, en dénonçant des «menaces et des intimidations».

Avraham Mengistu, né en 1986, est entré dans la bande de Gaza le 7 septembre 2014, peu après la fin de la dernière offensive d'Israël qui a ravagé l'été dernier l'enclave palestinienne, selon le ministère israélien de la Défense.

Le ministre de la Défense Moshé Yaalon a confirmé jeudi que les deux Israéliens «sont détenus par le Hamas» et M. Nétanyahou a dit tenir «le Hamas responsable du bien-être» des deux hommes.

Le mouvement palestinien qui contrôle Gaza n'a pas encore réagi à ces accusations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer