Le gouvernement palestinien démissionne

Le premier ministre palestinien Rami Hamdallah a remis... (PHOTO ABBAS MOMANI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le premier ministre palestinien Rami Hamdallah a remis mercredi la démission de son gouvernement d'union.

PHOTO ABBAS MOMANI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nasser ABU BAKR, Adel ZAANOUN
Agence France-Presse
RAMALLAH et GAZA

Le premier ministre palestinien Rami Hamdallah a remis mercredi la démission de son gouvernement d'union, devant la fracture grandissante entre la Cisjordanie et la bande de Gaza et le défi représenté par les discussions que le Hamas mènerait secrètement avec Israël.

«Hamdallah a remis sa démission à Abbas qui lui a ordonné de former un nouveau gouvernement», a dit Nimr Hamad, conseiller politique du président palestinien Mahmoud Abbas.

M. Hamdallah doit commencer immédiatement ses consultations avec tous les mouvements palestiniens, y compris avec le Hamas, a-t-il ajouté.

Cette démission sanctionne l'incapacité d'agir du gouvernement d'union qui avait été formé en 2014 pour mettre fin à des années de divisions ayant quasiment tourné à la guerre civile en 2007 entre les deux grands rivaux palestiniens, le Fatah laïque et modéré de M. Abbas, et le Hamas, le mouvement islamiste aux commandes dans la bande de Gaza.

Elle risque d'ajouter aux profondes incertitudes du moment.

Les perspectives de création prochaine d'un État palestinien ont rarement paru plus sombres. La réconciliation proclamée est restée un voeu pieux, la bande de Gaza est un «baril de poudre» selon les mots du chef de la diplomatie allemande et, sous la coupe du Hamas, l'enclave paraît s'éloigner toujours davantage politiquement de la Cisjordanie, dont elle est séparée physiquement par le territoire israélien.

«Gouvernement de politiques»

Le Hamas a dit officiellement refuser la dissolution du gouvernement auquel il est associé, à la seule instigation du président Abbas.

«Le Hamas rejette tout changement unilatéral de gouvernement sans le consentement de toutes les parties», a dit à l'AFP Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas, avant l'annonce effective de la démission.

Au-delà des déclarations de principes, un haut responsable du Hamas, Ziad al-Zaza, a laissé une porte ouverte. Il a appelé le président Abbas à remplacer un gouvernement - délibérément composé de technocrates soutenus par le Fatah et le Hamas - par un gouvernement plus politique, «avec tous les mouvements nationaux et islamiques pour faire face à l'occupation israélienne».

«Je pense que nous allons au-devant d'un gouvernement de politiques, et non plus de technocrates», a dit sous le couvert de l'anonymat un responsable de l'OLP. Les discussions internes aux Palestiniens ont mis en lumière la nécessité d'un tel gouvernement, a-t-il dit.

Associera-t-il le Hamas? Ziad al-Zaza a laissé entendre que le Hamas y était prêt. Il y trouverait son intérêt si ce gouvernement était l'interlocuteur de la communauté internationale. Mais une grande partie de la communauté internationale refuse de traiter avec le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, l'Union européenne ou Israël.

Abbas court-circuité?

La démission du gouvernement entérine son inaptitude à exercer son autorité dans la bande de Gaza, où le Hamas n'a donné aucun signe, malgré la réconciliation, de vouloir céder au gouvernement d'union le pouvoir pris par la force en 2007.

Dans les faits, l'Autorité palestinienne, l'organe intérimaire créé en 1994 à la suite des accords d'Oslo pour gouverner tous les territoires palestiniens, a dû se contenter de continuer à administrer la Cisjordanie.

Mises de côté pendant la guerre de l'été 2014 avec Israël dans la bande de Gaza, les querelles entre l'Autorité palestinienne, dominée par le Fatah, et le Hamas ont repris de plus belle après, sur l'absence de reconstruction dans la bande de Gaza ou sur la question cruciale de l'intégration des milliers de fonctionnaires du Hamas et du paiement de leurs salaires par le gouvernement.

Mais le président Abbas se serait surtout alarmé de contacts indirects que le Hamas, court-circuitant l'Autorité palestinienne, aurait avec l'ennemi israélien pour tenter de conclure une trêve durable dans la bande de Gaza.

Des contacts ont eu lieu grâce à des intermédiaires arabes et européens pour consolider le cessez-le-feu informel qui a mis fin à la guerre de 2014, ont indiqué mardi des sources au sein du Hamas.

Si l'Autorité accepte la possibilité d'un accord qui lui échapperait entre le Hamas et Israël, «c'est toute l'idée d'un État palestinien qui disparaît complètement», dit un responsable de l'OLP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer