Explosion de voitures piégées à Bagdad: cinq morts

Les attaques perdurent depuis, mais à un rythme... (Photo Ahmed Saad, Reuters)

Agrandir

Les attaques perdurent depuis, mais à un rythme moins soutenu que l'année dernière.

Photo Ahmed Saad, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
BAGDAD

Au moins cinq personnes ont été tuées jeudi dans l'explosion de voitures piégées sur les stationnements de deux des hôtels les plus prestigieux de Bagdad, déjà ciblés il y a cinq ans, a annoncé la police irakienne.

Les explosions, qui se sont produites juste avant minuit heure locale et ont été entendues dans tout le centre-ville, ont en outre fait au moins 13 blessés, selon la police et une source au ministère de l'Intérieur.

L'une des voitures piégées a explosé à l'Ishtar, faisant voler en éclats les fenêtres de cet hôtel récemment rénové et transformant des files de voitures et de 4x4 en carcasses carbonisées et tordues.

L'Ishtar est prisé pour les célébrations de mariage. Son périmètre comprend également l'hôtel Palestine et un club en vogue, bondé le jeudi soir, veille de week-end.

Une autre explosion a frappé le stationnement de l'hôtel Babylon, autre lieu chic et récemment rénové, qui surplombe le Tigre.

La police a indiqué que les forces de sécurité avaient repéré une autre voiture piégée sur le stationnement du Babylon et l'avaient déminée.

Un couvre-feu à partir de minuit, vieux de plusieurs années, a été levé en février après que les forces irakiennes avaient repris des zones autour de Bagdad aux djihadistes du groupe État islamique (EI) et avaient démantelé un important réseau de fabrication de bombes.

Les attaques perdurent depuis, mais à un rythme moins soutenu que l'année dernière.

L'EI, qui affronte toujours les forces gouvernementales à à peine 30 kilomètres de la capitale irakienne, a revendiqué la plupart des grosses attaques à Bagdad et ailleurs dans le pays.

Le Babylon et le Sheraton (ancien nom de l'Ishtar) avaient été frappés par des attaques coordonnées en janvier 2010, ainsi que le Hamra, qui n'a lui jamais rouvert.

Ces attentats-suicides avaient tué au moins 36 personnes. Ils avaient été revendiqués par Al-Qaïda en Irak.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer