Nouvel incident entre un navire de commerce et des bateaux iraniens

Un soldat iranien en poste dans le détroit d'Ormuz,... (Archives AFP)

Agrandir

Un soldat iranien en poste dans le détroit d'Ormuz, qui relie le golfe Persique au golfe d'Oman.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups de semonce dans une apparente tentative d'interception dans le Golfe Persique d'un navire de commerce battant pavillon singapourien, ont indiqué jeudi des responsables américains.

Le bateau, l'Alpine Eternity, se trouvait dans les eaux internationales au moment de l'incident. Il a réussi à regagner les eaux territoriales des Emirats et à rejoindre Dubaï, selon ces sources.

«Il semble que les bateaux des Gardiens de la révolution iraniens tentaient d'intercepter l'Alpine Eternity pour régler un litige» d'ordre commercial, a indiqué un responsable américain.

Ce litige serait lié à une collision le 22 mars entre le bateau et une plate-forme iranienne d'exploitation pétrolière, les Iraniens réclamant réparation, a ajouté ce responsable.

Les bateaux iraniens, des patrouilleurs des Gardiens de la Révolution selon les sources américaines, ont tiré deux salves de semonce contre l'Alpine Eternity, selon ces mêmes sources.

Des patrouilleurs des Emirats sont venus à la rescousse de l'Alpine Eternity et l'ont escorté jusqu'au port de Jebel Ali à Dubaï, selon l'agence officielle des Emirats.

Le 28 avril, des bateaux des Gardiens de la Révolution avaient déjà arraisonné dans le détroit d'Ormuz un porte-conteneurs des îles Marshall, le Maersk Tigris.

Téhéran avait motivé la saisie par un litige commercial avec Maersk, le géant danois du transport maritime.

Le Maersk Tigris était resté bloqué une dizaine de jours dans un port iranien, avant d'être autorisé à repartir.

Quelques jours auparavant, des patrouilleurs iraniens avait «harcelé» un autre porte-conteurs, le Maersk Kensington, battant pavillon américain, avant de le laisser partir.

A la suite de ces incidents, le commandement militaire américain dans la région avait décidé de faire «accompagner» par la Marine les navires commerciaux américains passant le détroit d'Ormuz.

Le dispositif avait été levé après quelques jours.

Jeudi, le Pentagone a précisé qu'un navire de combat américain se trouvait à une vingtaine de milles des lieux de l'incident avec l'Alpine Eternity, qu'il a suivi à distance. Il n'a pas été appelé à l'aide, n'est pas intervenu.

Les incidents navals avec l'Iran «sont un sujet de préoccupation pour nous» et «nous continuons de surveiller la situation», a déclaré le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

L'Alpine Eternity est un navire-citerne de 180 mètres, conçu pour transporter des produits pétroliers. Il figure dans la flotte de la société spécialisée Transpetrol, selon le site internet de cette société qui a des bureaux en Norvège, en Suisse, en Belgique et aux Bermudes.

Les tensions navales avec l'Iran liées notamment au conflit au Yémen, dépassent le Golfe et le détroit d'Ormuz.

Les Américains surveillent en ce moment la progression du Shahed, un cargo iranien en route pour le Yémen et chargé selon Téhéran de 2500 tonnes d'aide humanitaire.

Les Américains estiment que le navire doit décharger son aide à Djibouti pour que les Nations Unies l'acheminent ensuite vers le Yémen. Les Iraniens veulent décharger le bateau dans un port yéménite.

Le Shahed se trouve actuellement le long des côtes d'Oman, dans le nord de l'océan Indien, selon le Pentagone.

Une trêve des combats est en cours depuis mardi soir au Yémen.

Une douzaine de navires militaires américains se trouvent actuellement dans le Golfe Persique et le golfe d'Oman. Six autres se trouvent dans le Golfe d'Aden et en Mer Rouge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer