Un policier israélien qui a tué un jeune Arabe ne sera pas poursuivi

La mort de Kheir Hamdane avait été suivie... (PHOTO AMMAR AWAD, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La mort de Kheir Hamdane avait été suivie par des affrontements violents opposant la police et des Arabes israéliens.

PHOTO AMMAR AWAD, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Aucune poursuite ne sera engagée contre le policier israélien qui avait tué un jeune Arabe israélien en novembre dans le nord d'Israël, une mort qui avait provoqué plusieurs jours de violences dans les localités arabes d'Israël, a indiqué mardi le ministère de la Justice.

Selon la version des forces de l'ordre, Kheir Hamdane s'était interposé lors de l'arrestation de l'un de ses proches pour une affaire de droit commun, menaçant les officiers avec un couteau. Mais sa famille affirme qu'il a été «abattu de sang-froid» par les policiers alors qu'il était en train de fuir.

Une vidéo tournée par un témoin et relayée par la police montre le jeune homme tenter d'agresser au couteau des policiers à bord de leur véhicule, puis prendre la fuite. C'est à ce moment qu'un officier lui tire dans le dos, à plusieurs reprises.

Dans un communiqué publié mardi, le département d'enquête sur la police annonce avoir «décidé, avec l'accord du procureur de l'État, de clore le dossier d'enquête concernant le policier qui a provoqué la mort de Kheir Hamdane le 7 novembre».

«Il n'a pas été possible de remettre en cause cette version (du policier) avec un degré de certitude suffisant pour engager un procès criminel», affirme l'organisme qui dépend du ministère de la Justice.

«Un tir en l'air de sommation ne l'a pas dissuadé. Dans ces circonstances, le policier a tiré vers (l'homme) pour le neutraliser et empêcher une possible agression contre un de ses collègues qui se trouvait à proximité», poursuit le texte.

Youssef Jabarine, député d'opposition de la Liste arabe, désormais la troisième force au Parlement israélien, a dénoncé «une décision révoltante et scandaleuse (...) qui résulte directement d'une politique de la gâchette facile contre les citoyens arabes».

La mort de Kheir Hamdane avait été suivie par des affrontements violents opposant la police et des Arabes israéliens, les descendants des 160 000 Palestiniens restés sur leur terre après la création d'Israël en 1948. Ils sont désormais plus de 1,4 million, soit près d'un Israélien sur cinq.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer