Raif Badawi ne recevra pas de coups de fouet aujourd'hui

Raif Badawi, 31 ans, a été condamné en... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Raif Badawi, 31 ans, a été condamné en novembre à dix ans de prison, une amende de 1000 riyals (environ 319 000 $) et à 1000 coups de fouet répartis sur 20 semaines pour «insulte à l'islam».

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DUBAÏ

La flagellation du blogueur saoudien Raïf Badawi prévue ce vendredi a été reportée, probablement d'une semaine, pour «raisons médicales», a annoncé sa femme à l'AFP.

M. Badawi, 31 ans, a été condamné en novembre à dix ans de prison, une amende d'un million de riyals (environ 319 000 $) et à 1000 coups de fouet répartis sur 20 semaines pour «insulte à l'islam».

Il s'est vu infliger le 9 janvier 50 coups de fouet, déclenchant un tollé international, et devait recevoir la deuxième partie de cette sentence ce vendredi.

Mais «le médecin de la prison a estimé que la santé de Raïf Badawi n'autorisait pas sa flagellation aujourd'hui», a déclaré Ensaf Haidar, jointe au téléphone au Québec où elle a trouvé refuge avec ses trois enfants.

Mme Haidar a précisé que son mari souffrait de blessures après la flagellation infligée la semaine dernière devant une mosquée de Jeddah (ouest), sur la mer Rouge.

La prochaine séance de coups de fouet «aura probablement lieu vendredi prochain», a-t-elle ajouté.

Amnistie internationale a confirmé ce report, indiquant que «le médecin avait conclu que les blessures n'avaient pas encore cicatrisé correctement et que (le militant) ne serait pas capable de supporter une autre séance de coups de fouet».

L'ONG de défense des droits de l'homme a de nouveau dénoncé une peine d'une «inhumanité scandaleuse».

Emprisonné depuis 2012, Raïf Badawi était l'animateur du site internet Liberal Saudi Network et a été le lauréat en 2014 du prix Reporters sans frontières (RSF) pour la liberté de la presse.

Les autorités ont fermé ce site internet. Une femme qui militait pour les droits de l'homme aux côtés de M. Badawi, Souad Chammari, avait indiqué lors de sa condamnation que son site avait «critiqué la police religieuse et certains agissements et fatwas (édits religieux)» qui selon elle «portent atteinte à l'essence de l'islam».

Jeudi, le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, avait exhorté le roi Abdallah d'Arabie saoudite à offrir son pardon au blogueur.

Il avait estimé que la flagellation constituait «une forme de châtiment cruel et inhumain», soulignant qu'«une telle punition est interdite par la législation internationale en matière de droits de l'homme, notamment par la Convention contre la torture que l'Arabie saoudite a ratifiée».

Cette peine a également été condamnée par l'Union européenne, qui l'a jugée «inacceptable», et les États-Unis, qui ont évoqué une «punition inhumaine» et appelé les autorités à l'annuler.

L'Arabie saoudite, berceau du wahhabisme (version rigoriste de l'islam), est un royaume ultraconservateur où le mélange des sexes est interdit en dehors du cadre familial et où les femmes n'ont pas le droit de conduire. Toute critique de la dynastie des Al-Saoud, des institutions religieuses et de l'islam est passible de poursuites et de condamnations.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • RIMA ELKOURI | De Charlie à Badawi

    Rima Elkouri

    De Charlie à Badawi

    Un fourgon de police s'est arrêté devant la mosquée. Lorsque les fidèles l'ont vu, ils ont tout de suite compris. Quelqu'un allait être flagellé. »

  • Je suis Raïf Badawi

    Opinions

    Je suis Raïf Badawi

    Dimanche dernier, Raïf Badawi aurait été Charlie s'il n'avait pas été en prison souffrant des 50 premiers coups de fouet qui lui ont été infligés... »

  • Flagellation du blogueur Raïf Badawi: le roi Abdallah serait intervenu

    Moyen-Orient

    Flagellation du blogueur Raïf Badawi: le roi Abdallah serait intervenu

    Le roi d'Arabie saoudite a interpelé en décembre la cour suprême au sujet du blogueur Raif Badawi, condamné à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer