Israël autorise les musulmans de tous âges à prier sur l'esplanade des Mosquées

Des milliers de croyants, faute de place à... (PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP)

Agrandir

Des milliers de croyants, faute de place à l'intérieur, ont étendu leur tapis de prière à même le sol de l'esplanade, avant de repartir sans incident à l'issue de la prière, selon une correspondante de l'AFP sur place.

PHOTO AHMAD GHARABLI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sarah BENHAIDA
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Pour la première fois depuis longtemps, Israël a laissé des dizaines de milliers de musulmans accomplir sans restriction la grande prière du vendredi sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, dans l'intention de faire baisser la température autour de ce baril de poudre religieux.

Les fidèles, 40 000 hommes et femmes de tous les âges selon la police, ont passé sans encombre les différentes portes de l'esplanade pour répondre à l'appel à la prière et remplir à craquer la mosquée Al-Aqsa pour les hommes, le dôme du Rocher pour les femmes.

Des milliers de croyants, faute de place à l'intérieur, ont étendu leur tapis de prière à même le sol de l'esplanade, avant de repartir sans incident à l'issue de la prière, selon une correspondante de l'AFP sur place.

Cela «fait quatre mois que je n'ai pas pu prier le vendredi à Al-Aqsa, même pendant le mois sacré de ramadan», relatait Amir, 18 ans, «à chaque fois, il y avait un policier druze, un Arabe comme moi, pour m'interdire d'aller prier».

Une Palestinienne d'une soixantaine d'années avait, elle, «trop peur pour venir» ces derniers temps. Alors elle se prend en photo devant le dôme du Rocher: «Je l'envoie à mes enfants en Allemagne... enfin je reviens prier à Al-Aqsa».

Les policiers israéliens restaient déployés en force auprès des portes et dans la Vieille ville que surplombe l'esplanade. Mais ils se contentaient de contrôles sporadiques auprès d'hommes plutôt jeunes, semble-t-il pour s'assurer qu'ils satisfaisaient au critère d'être en situation régulière à Jérusalem.

«Engagements fermes»

Il n'était pas question, comme les semaines précédentes, d'interdire l'accès aux hommes les plus jeunes (aux moins de 35 ans par exemple la semaine passée) pour limiter les risques d'affrontements, dans un contexte très tendu à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la Ville sainte annexée et occupée par Israël.

La levée de toute limitation d'âge semble bien être la première des mesures concrètes dont le secrétaire d'État américain John Kerry a obtenu la garantie lors d'entretiens jeudi en Jordanie voisine avec les dirigeants israélien, palestinien et jordanien.

John Kerry avait fait ce voyage au pied levé pour tenter de faire retomber les tensions qui dégénèrent depuis plusieurs semaines en violents affrontements à Jérusalem-Est.

Lors de ses entretiens avec le président Mahmoud Abbas puis avec le premier ministre Benyamin Nétanyahou et le roi Abdallah II, dont le pays assure la gestion de l'esplanade, M. Kerry a dit avoir reçu des «engagements fermes».

M. Nétanyahou a «fermement réaffirmé son engagement à maintenir le statu quo» qui régit l'esplanade et autorise les juifs à s'y rendre sans toutefois leur accorder le droit d'y prier, a rapporté M. Kerry. M. Abbas a, lui, dit qu'il «réduirait la rhétorique» susceptible d'échauffer les esprits.

Risque d'embrasement

Chacun s'est aussi engagé à «des mesures constructives, des mesures réelles, non pas rhétoriques» pour faire en sorte que les tensions «ne se transforment pas en incendie échappant absolument à tout contrôle», a-t-il dit, sans détailler ces mesures.

L'esplanade est le troisième lieu saint de l'islam, mais aussi le lieu le plus sacré pour les juifs. Vendredi, l'imam y a prêché contre «les agressions israéliennes», accusant l'État hébreu de chercher «une escalade qui pourrait mener à l'explosion».

Les extrémistes juifs ont récemment multiplié les visites sur le site, déclenchant de violents affrontements et entraînant, fait rarissime, une fermeture d'une journée de l'esplanade.

Ces heurts, conjugués aux violences quotidiennes à Jérusalem-Est, à une série d'attentats meurtriers anti-israéliens et à l'agitation en Cisjordanie occupée font redouter à Israël une troisième Intifada (soulèvement palestinien). La deuxième passe pour être partie d'Al-Aqsa justement, quand Ariel Sharon, alors chef de l'opposition de droite s'y était rendu fin 2000. Elle avait duré cinq ans.

Les mesures convenues à Amman constitueront un «test» des intentions réelles des Israéliens et des Palestiniens, a dit M. Kerry.

La situation reste très tendue dans la Ville sainte, après des affrontements nocturnes à Essaouiya. Israël a fermé trois des quatre routes menant à ce quartier situé en face du mont Scopus, enclave israélienne dans Jérusalem-Est, et les habitants dénoncent un état de «siège». Jeudi, un enfant y a été grièvement blessé par une balle en caoutchouc tirée par la police.

Dans un tel contexte, la destruction annoncée comme imminente des maisons d'auteurs des récents attentats anti-israéliens risque d'envenimer encore l'atmosphère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer