Prière sous haute tension en Palestine

Des Palestiniens prient devant des policiers anti-émeutes israéliens... (PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS)

Agrandir

Des Palestiniens prient devant des policiers anti-émeutes israéliens dans le quartier de Wadi Joz, à Jérusalem-Est, le 31 octobre.

PHOTO AMMAR AWAD, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Majeda EL-BATSH
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Des dizaines de milliers de Palestiniens ont entendu leurs imams prêcher la défense de la mosquée Al-Aqsa contre les Israéliens, lors de la grande prière du vendredi en Cisjordanie, à Gaza et dans la Vieille ville de Jérusalem transformée en camp retranché.

À Al-Aqsa même, la prière placée sous très haute surveillance policière israélienne s'est déroulée dans le calme sur l'esplanade des Mosquées, rouverte vendredi matin après avoir été complètement fermée jeudi par Israël pour la première fois depuis des années.

> En images: Après la prière, la violence

Mais, à quelques kilomètres de là, à Qalandiya, la prière a été suivie d'affrontements entre environ 300 Palestiniens et des policiers israéliens au point de contrôle entre Jérusalem et la Cisjordanie occupée sur la route de Ramallah, ont indiqué les forces de sécurité palestiniennes.

Une dizaine de Palestiniens ont été blessés, dont un par balle, ont indiqué les secours palestiniens. Des jets de pierres ont aussi été rapportés contre des gardes-frontières dans le quartier de Wadi Joz à Jérusalem, a indiqué la police israélienne.

Les Palestiniens étaient appelés de toutes parts à mettre à profit les rassemblements de la prière pour manifester contre les agissements israéliens sur l'esplanade des Mosquées, où se trouve la mosquée Al-Aqsa.

«Une journée noire»

L'esplanade qui surplombe la Vieille ville est le troisième lieu saint de l'islam. Également vénérée par les juifs, elle est au coeur depuis l'été des tensions à Jérusalem-Est, partie palestinienne annexée de la ville.

Devant un nouvel accès de fièvre et de crainte qu'une étincelle ne fasse exploser la poudrière qu'est l'Esplanade, les autorités israéliennes, qui en contrôlent les accès, l'avaient fermée complètement jeudi.

Ce fut «une journée noire» et «une catastrophe», a déclaré le cheikh Azzam al-Khatib dans son prêche à Al-Aqsa.

Seuls quelques milliers de fidèles ont pu venir l'écouter, car les abords de l'esplanade avaient été placés comme en état de siège.

Des centaines de policiers ont pris position dans toutes les ruelles étroites de la citadelle, connue habituellement pour l'agitation de ses échoppes, mais désertée vendredi par les touristes et les clients.

Des policiers, certains lourdement armés, contrôlaient tout le monde avec pour instruction de ne pas laisser passer les hommes de moins de 50 ans.

Du coup, 9000 fidèles ont prié dans les rues autour de la Vieille ville, selon la police israélienne. Des averses intenses ont peut-être aussi rafraîchi les ardeurs à Jérusalem-Est et ailleurs.



«La bataille d'Al-Aqsa»

À Ramallah, devant le président palestinien Mahmoud Abbas, l'imam a repris les mots prononcés par ce dernier la veille et qualifié la fermeture de l'esplanade des Mosquées non seulement de «déclaration de guerre aux Palestiniens, mais également à l'ensemble des musulmans à travers le monde». Il a lancé un appel à ces derniers et aux oulémas (les théologiens) à défendre Al-Aqsa.

Le parti Fatah du président Abbas avait appelé à une «journée de la colère». «Israël a déclaré la guerre à Jérusalem et à Al-Aqsa», titrait à l'unisson la presse palestinienne.

Dans la bande de Gaza, des milliers de personnes ont pris part à deux rassemblements distincts à l'appel du Hamas et du Jihad islamique, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Habitants de Jérusalem, tenez bon! Nous sommes derrière vous pour mener la bataille d'Al-Aqsa», a lancé Fathi Hamad, un dirigeant du Hamas, à la foule après la prière.

La fermeture jeudi de l'esplanade des Mosquées était une première depuis l'annexion de 1967, selon la fondation jordanienne qui gère le site. La police israélienne affirme en revanche que cela n'était pas arrivé depuis 2000, après la visite sur l'esplanade d'Ariel Sharon, alors leader de l'opposition de droite.

Perçue comme une provocation par les Palestiniens, cette visite est communément considérée comme le point de départ de la deuxième Intifada.

Les musulmans s'alarment de l'intention prêtée au gouvernement israélien d'autoriser les juifs à prier sur l'esplanade. Ils dénoncent des provocations de la part de juifs ultranationalistes qui accèdent à ce lieu sous le couvert d'une visite et se mettent à prier. Ils s'indignent en outre des restrictions imposées à l'accès au site.

Le gouvernement israélien a répété ces derniers jours n'avoir aucune intention de changer le statu quo sur l'esplanade.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer