Meurtre d'un jeune Palestinien: les heurts se poursuivent

Des policiers israéliens tentent de repousser des manifestants....

Agrandir

Des policiers israéliens tentent de repousser des manifestants.

Hossam EZZEDINE
Agence France-Presse
RAMALLAH

Les troubles se sont étendus samedi à la communauté arabe d'Israël après la mort d'un adolescent palestinien, brûlé vif apparemment en représailles au meurtre de trois jeunes Israéliens, selon des responsables palestiniens.

Dans le même temps, les tirs de roquettes de la bande de Gaza contre le sud d'Israël n'ont pas discontinué, laissant craindre une escalade du conflit avec le mouvement islamiste Hamas qui contrôle l'enclave palestinienne.

Pour la première fois, les heurts entre manifestants en colère et policiers ont gagné des localités arabes du centre et du nord-est d'Israël, dans une région appelée le «Triangle» arabe, notamment à Taybeh, Tira et Qalansawe, selon des témoins.

Les manifestants, qui protestaient contre la mort du jeune Palestinien, lançaient des pierres contre les forces de police, placées en état d'alerte, qui les dispersaient à coups de gaz lacrymogènes, a-t-on ajouté.

Trente-cinq Arabes israéliens ont été arrêtés et un officier de police blessé, a précisé la police.

En soirée, des affrontements sporadiques ont touché Nazareth, haut lieu chrétien et principale ville arabe d'Israël, Arara et la région d'Oum al-Fahm, selon la police.

Au nombre de 1,4 million de personnes, la minorité arabe descend des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'État d'Israël en 1948.

«Brûlé vif»

La police israélienne fait aussi face à des manifestations de colère quotidiennes à Jérusalem-Est depuis la découverte du corps du Palestinien mercredi dans la partie occidentale de la ville. Vingt-cinq Palestiniens ont été arrêtés lors de heurts samedi à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, a été kidnappé mardi soir dans le quartier de Chouafat à Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël. Son cadavre -entièrement brûlé selon un proche- a été retrouvé près d'une forêt.

Selon des responsables et médias palestiniens, il a été enlevé et tué par des juifs extrémistes en représailles au rapt et au meurtre de trois étudiants israéliens dans la région d'Hébron en Cisjordanie occupée, attribués par Israël au Hamas qui dément.

La police israélienne a dit «explorer toutes les hypothèses» sans pouvoir déterminer le motif du meurtre du Palestinien pour le moment.

Les rapports préliminaires d'autopsie palestiniens, cités par l'agence palestinienne Maan, ont indiqué la présence de fumée dans les poumons du Palestinien, signifiant qu'il était encore en vie lorsque son corps a été brûlé.

Le garçon, enterré la veille en présence de milliers de personnes à Chouafat, a également été blessé à la tête, mais «ce sont les brûlures qui couvraient 90% du corps qui sont la cause directe de son décès», a précisé le procureur général Mohammad Al-Ouweiwi.

Le garçon a «été brûlé de l'intérieur et de l'extérieur, car il a probablement été forcé à boire du carburant», a déclaré le ministre palestinien chargé de Jérusalem, Adnane al-Husseini.

Pas de troisième Intifada

La police israélienne a arrêté jeudi à Chouafat son cousin Tareq Abou Khdeir, âgé de 15 ans et citoyen américain, après l'avoir battu, selon ses parents. Il comparaîtra devant un tribunal de Jérusalem dimanche.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre des hommes cagoulés, visiblement des policiers, tabasser une personne menottée, à demi inconsciente.

La porte-parole de la police, Louba Samri, n'a pu confirmer s'il s'agissait de Tareq Abou Khdeir, mais a précisé que ce dernier faisait partie d'un groupe de six Palestiniens arrêtés jeudi. Il était, selon elle, armé d'une fronde et a attaqué la police.

Les États-Unis ont fait part de leur «profonde inquiétude» et ont appelé à une «enquête rapide, transparente et crédible» sur l'«usage excessif de la force» dont aurait été victime le jeune homme.

Malgré la propagation des violences, le ministre israélien de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a exclu un début d'une nouvelle Intifada, en allusion aux deux précédents soulèvements populaires palestiniens. «Je ne vois pas une troisième Intifada», a-t-il dit lors d'une tournée dans le nord du pays.

Sur le front de Gaza, une trentaine de projectiles ont été tirés sur le sud d'Israël au cours des dernières 48 heures, dont huit roquettes interceptées par le système de défense antimissile Iron Dome, selon le dernier bilan de l'armée.

L'armée a répliqué en lançant une série de raids aériens sur l'enclave palestinienne, dont l'un a visé «un terroriste qui tentait de tirer des roquettes». Deux Palestiniens ont été blessés.

Tirs de roquettes et raids aériens se sont succédé depuis l'opération de recherche en Cisjordanie des trois Israéliens finalement retrouvés morts, lors de laquelle quelque 640 Palestiniens, en majorité des membres du Hamas, ont été arrêtés.

Israël a mis en garde le Hamas contre toute escalade et dépêché des renforts près de Gaza.

Le Hamas a, lui, assuré ne pas vouloir une «guerre» mais qu'il répondrait à «toute agression», alors que le médiateur égyptien oeuvrait pour une trêve.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer