Le Hamas rejette toute présence d'une force internationale

Des policiers du Hamas font une parade lors... (Photo Mahmud Hams, AFP)

Agrandir

Des policiers du Hamas font une parade lors d'une cérémonie de graduation.

Photo Mahmud Hams, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Gaza

Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé samedi son rejet de toute présence d'une force internationale en territoire palestinien en cas d'accord de paix avec Israël dans le cadre des négociations sous l'égide des États-Unis.

Dans une déclaration publiée par le site internet du Hamas, un porte-parole du mouvement islamiste, Sami Abou Zouhri a affirmé: «Nous entendons de temps à autre des offres personnelles par-ci et par-là sur les négociations et surtout sur l'acceptation d'une force internationale après le retrait de l'occupant. Nous tenons à affirmer au Hamas que nous n'accepterons pas la présence d'une force internationale et nous considérons cette force comme l'occupation israélienne».

Il faisait allusion à la proposition du secrétaire d'État américain John Kerry de laisser la responsabilité de la sécurité dans la vallée du Jourdain à une force internationale qui remplacerait les troupes israéliennes qui y sont actuellement stationnées.

Dans une interview au New York Times au début du mois, le président palestinien Mahmoud Abbas s'est dit prêt au déploiement de forces de l'OTAN à travers le territoire d'un futur État palestinien, notamment dans la vallée du Jourdain, à la frontière avec la Jordanie.

«Nous demandons à Kerry et aux autres de réviser leurs positions, car nous n'avons mandaté aucune personne pour porter atteinte à nos droits», a ajouté Sami Abou Zouhri.

Et d'ajouter: «Ce qu'on appelle le plan Kerry a été élaboré par les Américains et l'entité sioniste pour liquider la cause palestinienne. Nous ne permettrons pas qu'un accord brade les droits de notre peuple.»

Le porte-parole a appelé les Palestiniens à «former un large front de factions palestiniennes pour rejeter les négociations et ce qui en découle».

Le secrétaire d'État américain, qui a relancé les négociations israélo-palestiniennes en juillet 2013 après trois ans d'interruption, peine à rapprocher les positions des deux camps malgré ses navettes répétées dans la région.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer