Marion Maréchal-Le Pen prête à travailler avec Bannon, conseiller de Trump

Marion Maréchal-Le Pen... (PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Marion Maréchal-Le Pen

PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Une des figures montantes de l'extrême droite française, Marion Maréchal-Le Pen, serait «contente» de «travailler» avec Stephen Bannon, patron du site d'informations ultra-conservateur Breitbart News qui souhaite s'implanter en France, et stratège en chef du président élu américain Donald Trump.

S'il vient en France, «on sera contents de travailler ensemble», a affirmé à l'AFP cette jeune députée du Front National, nièce de la chef du FN Marine Le Pen, lors d'un déplacement à Moscou.

«Tous les médias alternatifs sont d'une manière générale positifs, Donald Trump en a été la démonstration (...) ça fait partie des outils intéressants», a commenté mardi la parlementaire française de 26 ans.

Elle a précisé qu'elle n'avait pour l'heure «pas de contact direct» avec Breitbart. Mais a indiqué qu'entre le FN et l'équipe Trump, «il y a des petits contacts depuis un petit moment».

M. Bannon avait qualifié début juillet Marion Maréchal Le Pen de «nouvelle étoile montante», dans un entretien au site internet français radio-londres.fr dans lequel il confiait sa volonté d'«ouvrir un Breitbart Paris, voire un Breitbart France.»

Nommé en août directeur général de l'équipe de campagne de Donald Trump, Stephen Bannon, 62 ans, dirigeait alors le site Breitbart News, qui dénonce régulièrement l'immigration, le multiculturalisme ou «l'establishment» et entretient des liens avec des mouvements d'extrême droite européens.

Selon le rédacteur en chef de Breitbart, Alexander Marlow, le site prévoit de s'implanter à l'étranger dans la perspective des prochaines élections en Allemagne et en France, où Breibart compte soutenir la candidature de Marine Le Pen.

«Il existe un lectorat sous-représenté» en Europe, a-t-il déclaré au quotidien américain New York Times publié dimanche. «Ce sont les mêmes lecteurs qui ont été ignorés en Grande-Betagne (avant le Brexit) et aux États-Unis».

Les sondages prédisent que la dirigeante de l'extrême droite française se qualifiera au second tour de la présidentielle en avril 2017, mais lui promettent une défaite lors du duel final, probablement face au candidat de droite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer