France: le ministre de l'Économie Emmanuel Macron démissionne

Emmanuel Macron a démissionné mardi de son poste... (photo JACQUES DEMARTHON, archives AFP)

Agrandir

Emmanuel Macron a démissionné mardi de son poste de ministre de l'Économie.

photo JACQUES DEMARTHON, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

La présidence française a officialisé mardi le départ du gouvernement du ministre de l'Économie Emmanuel Macron, dont la défection à huit mois de la présidentielle de 2017 alimente les spéculations sur une éventuelle candidature à l'Élysée.

M. Macron a démissionné « pour se consacrer entièrement à son mouvement politique », a indiqué un communiqué de la présidence. François Hollande a nommé pour lui succéder l'actuel ministre des Finances Michel Sapin, un fidèle du chef de l'État.

Le jeune ministre de 38 ans avait annoncé à ses collaborateurs mardi matin qu'il s'apprêtait à remettre sa démission, selon plusieurs sources de son entourage. 

Son départ avait été annoncé par plusieurs médias mardi matin.

« C'est un coup de bambou » pour le chef de l'État, a regretté un ministre sous le couvert de l'anonymat. « Pour François Hollande, c'est un rétrécissement nouveau de sa majorité », se désole un fidèle du président socialiste, qui laisse planer le doute sur sa propre candidature.

Proche de M. Macron, le maire de Lyon (centre-est), Gérard Collomb, a explicité devant des journalistes la démarche d'Emmanuel Macron : « la voie suivie aujourd'hui qui consiste à dire: "on va attendre décembre pour savoir si Hollande y va", c'est intenable, car si personne n'est prêt, ce sera la débandade ».

Parmi les ministres les plus appréciés de l'opinion, Emmanuel Macron multipliait depuis plusieurs mois les provocations, entre le lancement de son propre mouvement politique, « En marche », et ses déclarations tapageuses.

Il y a quelques semaines encore, il avait expliqué que « l'honnêteté (l') obligeait à dire » qu'il n'était « pas socialiste ».

Le premier ministre Manuel Valls ne cachait plus non plus son agacement à l'égard de son ministre, qui lui disputait le créneau de la gauche réformiste.

L'ultime avertissement était venu le 14 juillet de François Hollande lui-même, qui l'avait une nouvelle fois recadré deux jours après un premier rassemblement parisien de son mouvement au cours duquel Emmanuel Macron n'avait pas épargné le chef de l'État.

M. Hollande avait menacé en retour d'évincer le ministre si ce dernier ne respectait pas la « solidarité » gouvernementale et la nécessité de « servir jusqu'au bout » sans « démarche personnelle et encore moins présidentielle ».

Hollande défié

Ancien haut fonctionnaire formé aux écoles de l'élite, ex-banquier d'affaires, Emmanuel Macron, qui n'a jamais eu de mandat électif, doit sa carrière gouvernementale au président socialiste qui en a fait une pièce maîtresse de l'exécutif.

Ancien secrétaire général adjoint et conseiller économique de François Hollande à l'Élysée, il a été nommé ministre de l'Économie et du Numérique en août 2014.

Il a donné son nom à une loi promulguée en août 2015 destinée à libéraliser certains secteurs d'activité (transports routiers, notaires, ouverture de certains commerces le dimanche, etc.). Sa présence au gouvernement a aussi été marquée par de nombreuses déclarations dénoncées par une partie de la gauche et une rivalité croissante avec le premier ministre, Manuel Valls, figure comme lui de la gauche sociale-libérale.

En mai, Gérard Collomb avait déclaré que M. Macron serait « naturellement » candidat à l'Élysée en 2017 si François Hollande, très impopulaire depuis son élection en 2012, ne remontait pas dans les sondages.

Son départ du gouvernement renforce encore l'incertitude à gauche dans la perspective de la présidentielle de 2017. François Hollande n'entend pas dire avant la fin de l'année s'il souhaite solliciter un deuxième mandat, via une primaire organisée par le PS et prévue fin janvier.

Mais le président sortant est d'ores et déjà défié par trois de ses anciens ministres : les socialistes Benoît Hamon et Arnaud Montebourg qui l'a encore appelé à renoncer mardi matin, et l'écologiste Cécile Duflot.

Si M. Hollande venait à renoncer, Emmanuel Macron pourrait aussi devoir affronter sur la route de l'Élysée un certain Manuel Valls, qui cherche lui aussi à peaufiner sa stature de recours à gauche.

-Avec Baptiste Pace

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer