France: cinq militaires tués dans une avalanche

Les secours se mobilisent à Valfréjus, le 18 janvier.... (PHOTO FRANCE 3 ALPES)

Agrandir

Les secours se mobilisent à Valfréjus, le 18 janvier.

PHOTO FRANCE 3 ALPES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gregory DANEL, Antoine AGASSE
Agence France-Presse
GRENOBLE, France

Six jours après une avalanche qui a fait trois morts, dont deux lycéens, dans les Alpes françaises, cinq légionnaires qui s'entraînaient au ski de randonnée hors piste ont été tués par une coulée de neige.

Ces militaires du 2e Régiment étranger du génie civil de Saint-Christol (sud), dont la nationalité n'a pas été précisée, participaient dans la localité de Valfréjus à un exercice d'aguerrissement en montagne avant de partir en opération, lorsqu'ils ont été surpris vers 12 h 50 GMT (7 h 50 à Montréal), au-delà de 2000 mètres d'altitude.

Au total, onze skieurs sur un groupe d'une cinquantaine de militaires ont été emportés par la coulée de neige. Outre les cinq décès, six militaires ont été blessés dont deux ont été retrouvés en état d'hypothermie. L'un d'eux a été hospitalisé en état d'urgence absolue. Les quatre autres ont été plus légèrement blessés.

Dans un communiqué, le président français François Hollande a «exprimé la solidarité de la Nation», tandis que le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a déclaré dans un discours public: «c'est l'ensemble de la Défense qui est touchée (...) et au-delà, notre pays qui est en deuil».

M. Le Drian devait se rendre mardi matin sur les lieux du drame.

La justice française a ouvert une enquête, selon une source judiciaire. Elle doit déterminer les circonstances de l'accident avant un éventuel transfert du dossier à un parquet à compétence militaire, si des éléments venaient étayer la piste de l'homicide involontaire.

«Il faut qu'on comprenne ce qui s'est passé, la nature du risque et la dimension technique et on verra ensuite s'il y a matière à compétence militaire», a précisé cette source.

Trois hélicoptères ont été engagés dans les recherches, menées par les secouristes d'une unité de police spécialisée dans les secours en montagne. Cinq maîtres chiens et trois médecins étaient aussi présents sur place.

Risque d'avalanche connu

Ce nouveau drame de la montagne intervient alors que le risque d'avalanche était de trois sur une échelle de cinq dans le massif des Cerces, proche de la frontière italienne.

Selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (ANENA), la coulée s'est produite entre 2350 et 2600 mètres d'altitude, et les militaires ont probablement été victimes d'une plaque à vent.

Le 2e Régiment étranger du génie de Saint-Christol est un régiment de génie d'assaut dont les missions sont notamment le renseignement, le combat direct et l'appui à la mobilité, selon le site internet du ministère de la Défense.

Rattachés à la Brigade alpine, ces militaires interviennent en montagne. Tous leurs membres ont donc des brevets d'alpinistes et de skieurs militaires.

Ce régiment avait déjà été endeuillé en février 2012 dans les Alpes dans les mêmes circonstances. Une avalanche y avait emporté cinq légionnaires, dont un était décédé.

Mercredi, trois personnes, deux élèves de 16 ans d'un lycée de Lyon (centre-est) et un skieur ukrainien de 56 ans, ont trouvé la mort dans une avalanche sur une piste fermée de la station des Deux Alpes.

Âgé de 47 ans, un professeur qui encadrait les lycéens a été inculpé samedi pour homicides involontaires.

Selon l'ANENA, avant le drame de Valfréjus, sept personnes avaient déjà trouvé la mort dans des avalanches depuis le début de l'année dans les Alpes françaises.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer