Russie: trois ans de camp pour avoir manifesté illégalement

Une manifestation à Moscou, en 2013.... (Photo AP)

Agrandir

Une manifestation à Moscou, en 2013.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MOSCOU

Un militant de l'opposition russe a été condamné lundi à trois ans de camp pour avoir violé à plusieurs reprises les règles d'organisation d'une manifestation, ont rapporté les agences de presse russes.

Le tribunal Basmanny de Moscou a reconnu Ildar Dadine «coupable de violations à répétition des règles d'organisation d'une manifestation et (l'a) condamné à trois ans de camp», a déclaré la juge Natalia Doudar, citée par l'agence Interfax.

Il s'agit de la première condamnation en Russie pour ce délit introduit dans le Code pénal en été 2014 et passible de peines allant d'une forte amende à cinq ans de prison.

Conformément à cette loi russe, toute personne qui a fait l'objet de poursuites administratives en Russie pour violation des règles d'organisation ou de tenue d'une manifestation plus de deux fois en l'espace de six risque des poursuites criminelles.

Selon les enquêteurs, Ildar Dadine a participé à quatre manifestations non-autorisées entre août et décembre 2014.

La décision de la justice a été accueillie dans la salle d'audience par les cris «Honte!», alors que plusieurs sympathisants de M. Dadine se sont mis par terre en signe de protestation contre sa condamnation, plus sévère que les deux ans de camp requis par le parquet.

Les protestataires ont ensuite été déplacés de la salle d'audience par des huissiers qui les ont pris par les bras et par les pieds, selon les images de la chaîne indépendante Dojd.

La défense d'Ildar Dadine, assigné à résidence depuis février, a annoncé son intention de faire appel du jugement, en le qualifiant d'«injuste» et «politiquement motivé».

L'ONG Amnesty International a pour sa part dénoncé une «condamnation choquante» du militant, y voyant une «attaque cynique contre la liberté d'expression».

Cette décision de la justice «montre que les autorités russes utilisent la loi sur les rassemblements publics pour envoyer rapidement en prison des protestataires pacifiques», a déclaré John Dalhuisen, directeur d'Amnesty International pour l'Europe et l'Asie centrale, dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer