GB: la victoire de Corbyn, un «tremblement de terre» pour le Labour

Jeremy Corbyn a triomphé samedi à la tête... (PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP)

Agrandir

Jeremy Corbyn a triomphé samedi à la tête du Parti travailliste.

PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dario THUBURN, Edouard GUIHAIRE
La Presse Canadienne
LONDRES

L'élection triomphale du radical Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste britannique signe l'arrêt de mort du blairisme tout en augurant d'une crise existentielle au sein du Labour, entre enthousiasme de la base et réticences de l'appareil, ont souligné dimanche les observateurs.

La presse de droite britannique n'a guère l'habitude de faire dans la demi-mesure lorsqu'il s'agit de frapper sur le Labour et, dimanche, c'est à grand renfort de superlatifs qu'elle a commenté la victoire de Corbyn, élu samedi avec 59,5% des voix, un score deux points et demi supérieur à celui de Tony Blair en 1994.

«La mort du New Labour», a titré le Sunday Telegraph en évoquant le recentrage initié par Blair dans les années 1990 avec la conversion du Parti travailliste à l'économie de marché.

Soit exactement ce que combat Jeremy Corbyn, pourfendeur des politiques d'austérité, et dont la victoire à la tête de l'opposition au premier ministre conservateur, David Cameron, a été saluée par les partis grec Syriza et espagnol Podemos.

«Le Labour n'est pas mort, mais le blairisme, si. Jeremy l'a définitivement tué», a poursuivi le journal, tandis que le Sunday Times soulignait la «guerre intestine» qui guette le parti.

Pour le Guardian (centre gauche), cette victoire est un «tremblement de terre politique» qui «a enterré le blairisme» : «un fossé culturel et structurel est apparu entre un Labour de l'establishment (...), et un Labour insurgé» né du mariage entre «vieux guerriers de la gauche» et «nouveaux militants idéalistes».

Corbyn veut de la coopération

De fait, si les partisans de Corbyn ont laissé éclater leur joie, l'annonce de sa victoire a dépité une partie de l'assemblée du Queen Elizabeth II Conference Centre de Londres, où le Labour s'est réuni samedi en congrès.

«Un parti divisé, c'est un parti qui ne gagne pas», a mis en garde une ancienne ministre de Tony Blair, Margaret Beckett, en critiquant à demi-mot le style rebelle de Corbyn.

«Pour apporter le changement, il faut être au pouvoir. Parler, protester ou manifester ne fait guère avancer», a-t-elle persiflé.

Comme un prélude aux difficultés à venir, plusieurs personnalités du parti ont déjà annoncé qu'elles ne travailleraient pas avec lui.

David Cameron n'a pas non plus manqué l'occasion de l'égratigner en affirmant qu'un Labour dirigé par Corbyn, ardent pacifiste, représentait une «menace pour la sécurité nationale».

Face au risque de fracture, Corbyn a appelé chacun à faire preuve de responsabilité, soulignant que son élection lui donnait «un mandat extraordinaire» pour remettre le parti sur les rails après sa défaite aux législatives de mai.

«Les militants et les sympathisants veulent et attendent des membres du parti qu'ils coopèrent avec le nouveau leader», a-t-il déclaré à The Observer.

Nouveau chef, nouveaux adhérents

Les prochains jours devraient être riches en enseignements pour jauger de l'état de santé du principal parti d'opposition britannique: Corbyn doit boucler la composition de son cabinet fantôme, et bûcher sur la réponse du Labour face au projet du gouvernement de durcir la réglementation sur le droit de grève.

Sur cette question comme sur celles de l'arsenal nucléaire britannique ou du référendum sur l'appartenance à l'UE, le nouveau leader du Labour risque d'être attendu au tournant par les parlementaires travaillistes, parmi lesquels il ne compte que peu de soutiens.

Corbyn «doit maintenant passer une série de tests déterminants pour convaincre les parlementaires que l'objectif est bien de gagner les prochaines élections (en 2020, NDLR), pas de se livrer à une quelconque expérience idéologique», a prévenu le député travailliste Simon Danczuk.

Corbyn devra-t-il gérer une fronde parlementaire, malgré la forte légitimité que lui offrent les résultats des primaires ? S'il est bien trop tôt pour le dire, Londres bruisse déjà de rumeurs, qui ont poussé le nouveau numéro 2 du parti, Tom Watson, à recadrer le débat.

«Je dis à mes collègues: respectez le mandat que lui ont donné nos militants et essayons de nous unir pour construire un programme ambitieux pour 2020», a-t-il déclaré sur la BBC.

En attendant, Corbyn peut s'enorgueillir d'un premier succès: le Labour a enregistré 15 500 nouvelles adhésions depuis son élection, selon son secrétaire général.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer