GB: En fêtant la Magna Carta, Cameron appelle à réformer les droits de l'homme

«Ici en Grande-Bretagne, ironiquement, dans le pays où... (PHOTO BEN STANSALL, AFP)

Agrandir

«Ici en Grande-Bretagne, ironiquement, dans le pays où ces idées ont fleuri pour la première fois, la tradition des droits de l'homme a parfois été affectée ou dévaluée», a encore déclaré David Cameron.

PHOTO BEN STANSALL, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le premier ministre britannique David Cameron a appelé lundi à une refonte des droits de l'homme au Royaume-Uni en célébrant le 800e anniversaire de la Magna Carta lors d'une cérémonie présidée par la reine Élisabeth II.

«Remettons les droits de l'homme d'aplomb», a déclaré David Cameron lors de la commémoration de ce texte fondateur qui a eu lieu à Runnymede, dans le sud de l'Angleterre. Là même où un lointain prédécesseur de la reine, le roi d'Angleterre Jean Sans Terre, avait signé le document sous la pression de barons rebelles soucieux de limiter l'arbitraire royal, le 15 juin 1215.

La Magna Carta a inspiré de nombreux textes juridiques dont la Pétition des Droits de 1628, la Constitution des États-Unis de 1787 ou encore la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.

«Ce qui s'est passé il y a huit siècles est toujours aussi pertinent aujourd'hui», a-t-il estimé.

«Les graines semées ici ont grandi à travers le monde. En Amérique, en Inde avec Gandhi et en Afrique du Sud avec Nelson Mandela», a-t-il fait valoir.

«Ici en Grande-Bretagne, ironiquement, dans le pays où ces idées ont fleuri pour la première fois, la tradition des droits de l'homme a parfois été affectée ou dévaluée», a encore déclaré David Cameron.

Dans un message posté sur sa page Facebook, il a mis en garde contre les abus du système actuel par les criminels qui multiplient, selon lui, les «appels fallacieux».

Le gouvernement conservateur de David Cameron est au coeur d'une bataille avec la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), dont il menace de s'affranchir s'il n'obtient pas certaines libertés.

Les conservateurs souhaitent que les décisions des juges de Strasbourg ne soient plus que consultatives. À défaut, ils rompront avec eux. Ils comptent également abroger la Loi sur les droits de l'homme (Human Right Act) votée en 1998 sous les travaillistes pour instaurer à la place une loi britannique (British Bill of Rights), ancrée sur «les valeurs» britanniques.

Des centaines d'événements - expositions, débats, spectacles, etc. - ont lieu à travers de l'Angleterre pour fêter dignement les 800 ans de cette vénérable charte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer