L'UE veut soutenir six pays de l'ex-URSS sans fâcher Moscou

La chancelière allemande Angela Merkel lors de son... (PHOTO MARKUS SCHREIBER, AP)

Agrandir

La chancelière allemande Angela Merkel lors de son allocution au Bundestag à propos du sommet de Riga , le 21 mai.

PHOTO MARKUS SCHREIBER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Valérie LEROUX
Agence France-Presse
RIGA, Lettonie

Les dirigeants de l'UE, Angela Merkel en tête, ont assuré jeudi leurs voisins de l'Est qu'ils renforceraient leur coopération avec eux, mais douché tout espoir d'adhésion, de quoi apaiser la Russie, hostile à toute «intrusion» dans sa sphère d'influence.

«Le Partenariat oriental n'est pas un instrument d'élargissement de l'Union européenne, mais de rapprochement avec l'Union européenne», a insisté la chancelière allemande, en arrivant au sommet de Riga qui réunit jusqu'à vendredi les 28 États membres de l'UE ainsi que six pays de l'ex-URSS.

«Nous ne devons pas éveiller de fausses attentes auxquelles plus tard nous ne serons pas en mesure de répondre», a-t-elle aussi souligné, alors que l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, soutenues par leurs voisins baltes et polonais, clament haut et fort leur volonté d'entrer dans l'UE.

La dette grecque s'est aussi invitée dans la capitale lettonne où la chancelière allemande et le président français François Hollande, devaient s'entretenir en fin de soirée de cette question brûlante avec le premier ministre grec Alexis Tsipras.

«Ce n'est pas ici, à Riga, que nous allons (régler) la question de la Grèce», a toutefois souligné M. Hollande à son arrivée.

Vendredi, le premier ministre britannique David Cameron, tout juste réélu, compte aussi présenter sans tarder à ses homologues européens ses demandes de réformes de l'UE, dans la perspective d'un référendum sur le maintien ou non de son pays dans l'Union.

Le Partenariat oriental, dont l'UE a pris l'initiative en 2009, vise à renforcer les liens politiques et économiques avec six pays issus de l'ex-URSS (Ukraine, Moldavie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan et Bélarus). Mais il a fortement pâti du refus de la Russie de laisser ces anciennes républiques soviétiques sortir de son giron, qui a abouti à la crise ukrainienne.

Ce projet «n'est dirigé contre personne, notamment pas contre la Russie», a insisté la chancelière, tout en rappelant qu'un retour de ce pays au sein du G7, le club de sept des pays les plus industrialisés de la planète, n'était «pas imaginable» pour l'instant en raison de son soutien aux séparatistes dans l'Est ukrainien.

«L'Union maintiendra le cap (du Partenariat avec l'Est) malgré les intimidations, l'agression», a renchéri le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, soucieux de tendre la main à des voisins très inquiets face aux affirmations de puissance de Vladimir Poutine.

«[Le Partenariat oriental) n'est dirigé contre personne, notamment pas contre la Russie.»

La chancelière allemande Angela Merkel

Abolition de visas

Il les a toutefois invités à se montrer patients. «Il faut avancer étape par étape» et poursuivre sur la voie des réformes en échange de liens économiques plus étroits avec l'UE, a-t-il averti.

Les Européens veulent aussi avoir désormais des rapports «cousus sur mesure» avec leurs voisins de l'Est et non plus une approche globale, afin de mieux tenir compte des liens étroits que certains entretiennent et veulent maintenir avec Moscou, comme le Bélarus et l'Arménie.

Ces deux pays se sont d'ailleurs opposés à ce que la déclaration finale du sommet mentionne une condamnation claire de l'annexion, en mars 2014, de la Crimée par la Russie, selon des sources proches de délégations européennes.

Face à l'intransigeance de Paris et Berlin, «exactement sur la même position» selon le premier ministre français Manuel Valls, sur la question d'adhésions futures, des voix se sont toutefois fait entendre à Riga pour réclamer des «perspectives européennes» claires pour les pays de l'ex-URSS.

«L'Ukraine a souligné que sa voie, c'est celle de l'Europe. Si un pays souverain décide cela, cela devrait être possible», a déclaré le premier ministre estonien, Taavi Roivas, demandant que la porte de l'UE reste ouverte.

A plus court terme, la Géorgie et l'Ukraine réclament la libéralisation du régime de visas déjà accordée à la Moldavie, qui faciliterait de beaucoup les échanges, mais dont certains pays européens craignent qu'elle ne débouche sur un afflux massif de travailleurs de l'Est.

«Nous espérons que cette libéralisation entrera en vigueur d'ici à la fin de l'année», a insisté la présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, Kiev et Tbilissi devant encore répondre pour cela à un certain nombre de critères.

Faute d'ouvrir aux participants issus de l'ex-URSS des perspectives d'adhésion, l'UE leur offre un soutien financier et la libéralisation des échanges.

L'Ukraine en sera la première bénéficiaire et un accord confirmant l'octroi d'aides européennes de 1,8 milliard d'euros doit être signé en marge du sommet.



Abolition de visas

Le chef de la diplomatie ukrainienne Pavel Klimkine a demandé, dans une interview au journal Die Welt parue jeudi, que l'Union ouvre à son pays une perspective claire d'adhésion et promette la suppression de visas pour l'Europe l'an prochain. «Nous voudrions recevoir l'assurance concrète à Riga que l'Ukraine est fondée à entrer un jour dans l'Union européenne», a-t-il dit.

L'UE laisse entendre que les visas de courte durée pourraient être abolis pour les Ukrainiens et les Géorgiens en 2016, mais ne compte pas l'annoncer officiellement à Riga, certaines conditions devant être encore remplies.

Il en va autrement pour l'entrée au club des 28. Ne pouvant ouvrir aux participants d'ex-URSS de perspectives d'adhésion, l'UE leur offre un soutien financier et la libéralisation des échanges.

L'Ukraine en sera la première bénéficiaire et un accord confirmant l'octroi d'aides européennes de 1,8 milliard d'euros (près de 2,45 milliards de dollars) doit être signé en marge du sommet.

Les rapports de l'UE avec ses partenaires seront désormais cousus sur mesure, selon le nouveau mot-clé en vogue: la «différenciation», en fonction des désirs et possibilités de chacun et de ses relations avec Moscou, a expliqué mercredi le commissaire européen à la politique de voisinage, Johannes Hahn.

Il a annoncé jeudi matin des subventions totalisant 200 millions d'euros (plus de 270 millions de dollars) destinées aux PME des trois pays ayant signé un accord d'association avec l'UE: l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer