G-B: abandon de charges contre neuf journalistes accusés de corruption

Parmi les personnes dédouanées vendredi figure Andy Coulson... (PHOTO CYRIL VILLEMAIN, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Parmi les personnes dédouanées vendredi figure Andy Coulson (photo), l'ancien conseiller en communication du premier ministre David Cameron, qui s'est vu infliger l'an dernier une peine de prison de 18 mois dans le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées entre 2000 et 2006 par le défunt tabloïd News of the World.

PHOTO CYRIL VILLEMAIN, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le parquet britannique a abandonné vendredi les charges contre neuf journalistes accusés d'avoir corrompu des policiers pour acheter des scoops, après trois ans d'enquête qualifiée de «fiasco incroyable» par des représentants des médias.

Quatre journalistes du Sun, confrontés aux mêmes accusations, avaient déjà été blanchis par un tribunal de Londres en mars.

Parmi les personnes dédouanées vendredi figure Andy Coulson, l'ancien conseiller en communication du premier ministre David Cameron, qui s'est vu infliger l'an dernier une peine de prison de 18 mois dans le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées entre 2000 et 2006 par le News of the World, défunt tabloïd de Rupert Murdoch.

Sorti de prison en novembre, Coulson n'en a pas fini encore avec la justice puisqu'il doit comparaître en mai devant un tribunal écossais pour des accusations de parjure.

Le «phone hacking scandal» avait entraîné un vaste déballage sur les pratiques de certains reporters et dirigeants de la presse britannique et mis en lumière ses relations parfois troubles avec le milieu politique et la police.

Il a aussi déclenché une enquête baptisée opération Elveden qui a vu l'inculpation de 29 journalistes au total et coûté déjà 28 millions d'euros au contribuable britannique, comme l'ont souligné certains critiques vendredi.

Trois journalistes et six autres personnes continuent à attendre leur procès dans cette affaire. Depuis l'ouverture de l'enquête, de nombreux représentants de médias ont déploré une «chasse aux sorcières».

Bob Satchwell, directeur exécutif de la Société des rédacteurs, a qualifié vendredi l'opération Elveden de «fiasco incroyable». «Les journalistes ont été traités comme des trafiquants de drogue et des terroristes avec des perquisitions effectuées au petit matin», a-t-il dit à la BBC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer