Les États-Unis envoient 3000 soldats dans les pays baltes

Un premier détachement de 300 hommes est arrivé... (Photo: Reuters)

Agrandir

Un premier détachement de 300 hommes est arrivé dans la capitale lettone, mais au total 3000 soldats vont être dépêchés sur place dans les prochaines semaines.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont commencé à déployer 3000 soldats pour trois mois dans les pays baltes, dans le cadre de leurs efforts pour rassurer les pays de la région face à la Russie après la crise ukrainienne, a indiqué lundi le Pentagone.

«Près de 750 véhicules et équipements sont arrivés par bateau à Riga» dans le cadre de ce déploiement de la 3e division d'infanterie américaine, a précisé le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Un premier détachement de 300 hommes est arrivé dans la capitale lettone, mais au total 3000 soldats vont être dépêchés sur place dans les prochaines semaines.

Le déploiement doit durer «environ 90 jours», selon le porte-parole, et culminer dans un exercice multinational du 17 mai au 6 juin.

Mais si les soldats rentreront ensuite dans leurs quartiers (ils sont basés aux États-Unis à Fort Stewart, en Georgie), leurs équipements «sont prévus pour rester» plus longtemps sur place, a toutefois précisé une source militaire américaine.

Sur place, le général américain John O'Connor, chargé des opérations logistiques, a indiqué que les équipements resteraient «tant que ce sera nécessaire pour dissuader la Russie d'une agression».

Les équipements comprennent notamment des chars Abrams, des véhicules de combat Bradley, et des véhicules de transport Humvee, ainsi que des hélicoptères.

Le déploiement s'inscrit dans le cadre de l'opération «Atlantic Resolve» (détermination atlantique), lancée par les États-Unis dans le cadre de l'OTAN pour rassurer les pays membres et alliés de l'organisation atlantique face à la Russie.

L'invasion de la Crimée par la Russie et le soutien de Moscou aux séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine ont profondément inquiété la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie, devenues en 2004 membres de l'Union européenne et de l'OTAN après un demi-siècle d'occupation soviétique jusqu'au début des années 1990.

L'activité accrue des avions russes près des frontières baltes fait aussi craindre que Moscou ne veuille tester ainsi la défense collective de l'OTAN, dont font partie les trois pays baltes.

Mais les États-Unis soutiennent «fermement et solidement» l'article 5 du traité de l'Atlantique nord sur la solidarité entre membres de l'OTAN en cas d'attaque armée, a rappelé lundi à Washington le secrétaire d'État John Kerry, en recevant son homologue lituanien Linas Linkevicius.

John Kerry, qui a reçu un maillot de l'équipe nationale de basket à son nom, a salué la Lituanie comme «l'un des plus réfléchis et engagés» des membres de l'OTAN, rappelant notamment la décision de l'état balte d'augmenter ses dépenses militaires.

Début février, l'OTAN a décidé de renforcer la défense de son flanc oriental en créant une nouvelle force de 5000 hommes rapidement mobilisables et six «centres de commandement» en Europe de l'Est, en réponse à «l'agression» de la Russie en Ukraine.

La 3e division d'infanterie américaine qui va manoeuvrer dans les pays baltes est surnommée «Rock of the Marne», pour avoir résisté à une contre-offensive allemande en juillet 1918 en France sur les bords de la Marne, à Château-Thierry.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer