Russie: «un groupe de rebelles» et trois policiers tués au Daguestan

«Trois policiers des forces spéciales ont également péri... (PHOTO KAZBEK BASAYEV, ACRHIVES REUTERS)

Agrandir

«Trois policiers des forces spéciales ont également péri dans l'échange de tirs, et cinq autres ont été blessés».

PHOTO KAZBEK BASAYEV, ACRHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Un groupe de rebelles, dont l'un des organisateurs présumés d'un récent attentat, et trois membres des forces spéciales ont été tués dans des combats au Daguestan, république instable du Caucase russe, voisine de la Tchétchénie, a annoncé mercredi le Comité antiterroriste russe.

«Un groupe de rebelles a été bloqué dans une maison à Karlaniourt», dans le district de Khassaviourt (ouest du Daguestan) mardi soir, selon un communiqué.

Les rebelles ont tenté de se dégager à l'aide d'armes automatiques et de grenades, mais ont été tués par des tirs de riposte.

«Trois policiers des forces spéciales ont également péri dans l'échange de tirs, et cinq autres ont été blessés».

Parmi les rebelles tués, dont le nombre n'est pas précisé, figure notamment Marat Idrissov, soupçonné être l'un des organisateurs d'un attentat à la bombe commis le 27 décembre à Piatigorsk (sud de la Russie) qui a fait trois morts et trois blessés, selon le communiqué.

Idrissov était également accusé d'être impliqué dans plusieurs attentats qui ont visé ces dernières années des responsables des forces de l'ordre et des dignitaires religieux dans le Caucase russe, ajoute le communiqué.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), la rébellion s'est progressivement islamisée et a de plus en plus débordé hors des frontières de cette petite république pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

Les incidents armés et les attaques visant les autorités et les forces de l'ordre sont particulièrement fréquents au Daguestan.

Le chef de la rébellion islamiste du Caucase, Dokou Oumarov, avait appelé en juillet à empêcher «par tous les moyens»la tenue en février des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, une ville située au pied du Caucase sur les bords de la mer Noire, à 600 km du Daguestan.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer