La solution finlandaise de la gratuité

Des élèves dans leur classe à Helsinki, en... (Photo: archives La Presse)

Agrandir

Des élèves dans leur classe à Helsinki, en Finlande.

Photo: archives La Presse

Pays nordique d'un peu plus de cinq millions d'habitants où l'éducation est gratuite pour tous, même à l'université, la Finlande est souvent citée en exemple depuis le début du conflit étudiant. L'ancien avocat montréalais André Noël Chaker y vit depuis une vingtaine d'années. Il est conseiller du président à la Loterie nationale de Finlande, mais aussi professeur en droit du sport international. Auteur du Miracle finnois, un ouvrage paru récemment, il était de passage à Montréal cette semaine. Nous l'avons rencontré.

Un conflit comme la grève étudiante qui touche le Québec depuis 112 jours, qui se traduit par des manifestations quotidiennes dans les rues, n'aurait pas fait long feu en Finlande, selon André Noël Chaker.

De sa chambre d'hôtel du 19e étage, au coeur du centre-ville, le Montréalais d'origine pouvait entendre cette semaine la cacophonie des casseroles.

«Imaginez si ce conflit avait été réglé en un après-midi, en février, tout ce qu'on aurait économisé comme ressources», lance-t-il.

«La Finlande l'aurait probablement fait parce qu'il y a un degré de confiance élevé des étudiants et des gens en général envers les institutions», ajoute-t-il. Il souligne aussi à quel point les Finlandais sont attachés à la notion d'efficacité, aiment trouver des solutions et détestent la bureaucratie. Des valeurs à la base du «miracle finnois», explique M. Chaker dans son livre.

Le Québec et la Finlande partagent des similitudes. Il s'agit de deux sociétés relativement égalitaires, mais cette idée commence à s'éroder au Québec. C'est peut-être l'un des problèmes à la source du conflit, selon l'analyse de M. Chaker.

«Les Finlandais demeurent convaincus que chaque citoyen, quel qu'il soit, peut devenir président de la République, peut avoir un doctorat, indépendamment de son bagage socio-économique et familial.»

Le système d'éducation de la Finlande est régulièrement cité en exemple. Ses élèves se classent meilleurs au monde - du moins parmi les meilleurs - aux tests PISA, qui évaluent les compétences des élèves des pays de l'OCDE en lecture, en mathématiques et en sciences. Dans son livre, M. Chaker présente d'ailleurs l'éducation comme la condition sine qua non de la réussite.

Les écoles privées n'existent pas. Tous les élèves se retrouvent dans la même classe, du plus doué à celui qui éprouve le plus de difficultés. «Personne n'est laissé derrière.»

L'université est gratuite. Des bourses sont même données aux étudiants qui ne vivent pas chez leurs parents, de façon à ce qu'ils puissent se loger et se nourrir.

La Finlande, qui dispose de peu de ressources naturelles, a misé sur le «développement des cerveaux», explique M. Chaker. «C'est un investissement pour la nation.»

Par contre, seulement le tiers des étudiants sont admis à l'université. «On a donné la chance à tout le monde jusqu'à l'âge de 17-18 ans. Après cela, c'est une compétition pour faire en sorte que les meilleures ressources soient données aux gens qui ont vraiment du talent pour la médecine, le droit, la mécanique et ainsi de suite.»

La Finlande est régulièrement citée en exemple au Québec, particulièrement dans le conflit qui oppose les étudiants au gouvernement sur la question des droits de scolarité.

Est-ce que l'université gratuite est envisageable ici, comme certains le prônent? À certaines conditions, avance prudemment M. Chaker.

«Si on ne se fait pas confiance, si on n'a pas les mêmes valeurs au niveau de l'égalité, si on ne voit pas cela comme un investissement, si on n'est pas efficace, c'est impossible. Ce sont des prérequis à la gratuité.»

Au moment où le Québec parle de l'avenir des universités, ces dernières se retrouvent aussi au coeur d'une réforme en Finlande. Elles sont de bonne qualité, mais ne figurent pas parmi les meilleures au monde.

C'est une question de ressources, croit le gouvernement, qui les invite à se tourner vers le privé. Les universités pourraient ainsi améliorer leur financement, tout en mettant en place des programmes adaptés aux besoins des entreprises. Une idée nouvelle en Finlande, qui suscite des inquiétudes dans la communauté universitaire. Exactement ce que craignent, au Québec, certains opposants à la hausse des droits de scolarité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer