Un bus à l'effigie de Staline roule à Saint-Pétersbourg

L'attitude envers Staline est ambiguë en Russie où... (Photo: Reuters)

Agrandir

L'attitude envers Staline est ambiguë en Russie où il est vu à la fois comme un tyran et comme le père de la victoire sur les nazis.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Saint-Pétersbourg

Un bus à l'effigie de Joseph Staline a roulé mercredi dans les rues de Saint-Pétersbourg, une initiative prise à quelques jours du 65e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie par des internautes russes, en dépit de nombreuses protestations.

Le bus, «décoré du portrait de Staline pour le 9 mai d'après une initiative privée», est passé notamment par la perspective Nevski, principale artère de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), a-t-on appris auprès de la compagnie privée de transports Set Passajirskikh perevozok, à qui appartient le véhicule. Elle a refusé de donner plus de détails.

«Nous n'avons pas d'intention de disculper Staline (...) mais nous aspirons seulement à souligner son rôle-clé dans la victoire», a expliqué l'organisateur de l'action, Viktor Loguinov, dans son journal internet.

Ce jeune Russe qui avait lancé un appel aux dons dans son journal, a réussi à collecter près de mille euros destinés à payer la location d'un encart sur le bus pour y afficher le portrait.

«C'est une insulte faite aux personnes dont les proches sont morts au moment des répressions staliniennes», a réagi auprès de l'AFP Maxim Reznik, responsable local du parti d'opposition libérale Iabloko.

Des inconnus ont d'ailleurs, dans la journée, complètement recouvert de peinture le portrait de Staline figurant sur le véhicule, a annoncé l'agence Interfax.

«Le bus sera nettoyé et demain il reprendra la route avec la même image» de Staline, a toutefois assuré après l'incident M. Loguinov qui a accusé «des vandales et de soi-disant combattants de la liberté» d'avoir été les auteurs de cette action.

Des ONG locales des droits de l'Homme, dont Mémorial, avaient envoyé en avril une lettre à Valentina Matvienko, gouverneur de Saint-Pétersbourg, pour protester contre l'initiative de ces internautes russes. Ces organisations non gouvernementales avaient alors désigné Staline comme étant «l'un des plus terribles criminels du XXe siècle».

La mairie de Moscou a, pour sa part, récemment renoncé à son projet controversé d'installer en ville des affiches évoquant le rôle du dictateur soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'attitude envers Staline est ambiguë en Russie où il est vu à la fois comme un tyran et comme le père de la victoire sur les nazis.

La majorité des Russes (54%) admire encore son leadership, d'après un sondage publié en décembre 2009 à l'occasion du 130e anniversaire de sa naissance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer