Washington réaffirme son engagement aux côtés de ses alliés en Asie

Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a eu... (Photo Eric Vidal, archives REUTERS)

Agrandir

Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a eu une conversation téléphonique mardi avec son homologue sud-coréen consacrée au nouvel essai nucléaire nord-coréen.

Photo Eric Vidal, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis ont réaffirmé leur engagement aux côtés de leurs alliés en Asie face aux menaces de Pyongyang, réaffirmant leur menace de «réponse militaire massive».

Au cours d'une conversation téléphonique mardi avec son homologue sud-coréen Song Young-moo consacré au nouvel essai nucléaire nord-coréen, le plus puissant à ce jour, Jim Mattis a souligné la détermination «à toute épreuve» des États-Unis à défendre la Corée du Sud, a indiqué mercredi la porte-parole du Pentagone, Dana White.

L'ancien général des Marines a réaffirmé que «toute menace contre les États-Unis, leurs territoires ou leurs alliés recevraient une réponse militaire, effective et écrasante», a-t-elle précisé dans un communiqué.

Jim Mattis avait tenu des propos similaires dimanche, précisant que les États-Unis ne cherchaient pas à obtenir «l'anéantissement total» de la Corée du Nord. Mais «nous avons de nombreuses options pour le faire», avait-il précisé.

Cette réaffirmation de l'engagement américain aux côtés de son allié sud-coréen intervient après des critiques de Donald Trump à l'encontre de son homologue sud-coréen Moon Jae-In, partisan d'un dialogue avec le régime de Kim Jong-Un.

«La Corée du Sud s'aperçoit, comme je le leur ai dit, que leur discours d'apaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!», a-t-il lancé dimanche après le sixième essai nucléaire de Pyongyang, qui a revendiqué le test d'une bombe H.

Dans un communiqué commun publié mardi, le département d'État américain et le Pentagone ont annoncé la création d'une structure de dialogue stratégique américano-coréen regroupant des responsables diplomatiques et militaires des deux pays.

Le Groupe élargi de consultation et de stratégie de dissuasion (EDSCG) se réunira une fois par an, précisait le communiqué.

M. Mattis a également appelé le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, pour lui assurer que l'engagement des États-Unis à défendre le Japon, y compris par la dissuasion nucléaire, reste total», a indiqué mercredi le Pentagone.

De son côté, Donald Trump a téléphoné au premier ministre australien Malcolm Turnbull pour «réaffirmer son engagement à défendre le territoire des États-Unis et de leurs alliés, utilisant toutes les capacités diplomatiques et militaires disponibles», a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué.

Le président américain a également téléphoné à la première ministre britannique Theresa May, réaffirmant que «toutes les options restent ouvertes» pour défendre les États-Unis et leurs alliés contre une agression nord-coréenne.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer