Poutine est une menace plus grande que l'EI, avance le sénateur McCain

De passage en Australie, John McCain a placé... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

De passage en Australie, John McCain a placé une couronne de pavot sur le mur d'un mémorial de guerre à Canberra.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sydney

Le président russe Vladimir Poutine représente une menace plus grande pour la sécurité mondiale que le groupe État islamique (EI), a estimé le sénateur républicain John McCain.

L'ancien candidat à la présidentielle américaine de 2008, actuellement en visite en Australie, avance que les ingérences présumées de Moscou dans des élections étrangères constituaient un danger pour la démocratie.

«Je crois qu'il (Poutine) est la première et la plus importante des menaces, devant l'EI», a-t-il dit lundi soir à l'Australian Broadcasting Corporation.

«Je pense que l'EI peut faire des choses terribles (...) mais ce sont les Russes qui essaient, qui ont essayé, de détruire les fondements mêmes de la démocratie, et notamment de changer le résultat d'une élection américaine», a ajouté le sénateur.

«Je n'ai aucune preuve qu'ils aient réussi, mais ils ont essayé et ils essaient encore. Ils viennent juste d'essayer d'influencer le résultat de l'élection française.»

«Donc je considère Vladimir Poutine, qui a démembré l'Ukraine, une nation souveraine, qui met la pression sur la Baltique, je considère les Russes comme le plus grand défi auquel nous sommes confrontés.»

McCain, un des détracteurs les plus véhéments de Donald Trump au sein du parti républicain, a tenu ces propos au moment où la Maison-Blanche est secouée par des révélations sans fin sur l'affaire russe.

Le gendre et proche conseiller du président, Jared Kushner, 36 ans, est en difficulté après des révélations du Washington Post selon lesquelles il aurait tenté d'établir un canal de communication secret avec la Russie pendant la période de transition entre la victoire électorale de M. Trump le 8 novembre et sa prise de fonctions le 20 janvier.

Interrogé sur ces révélations, M. McCain a répondu: «Ce que je pense, c'est que je n'aime pas ça.»

«Je sais que certains responsables de l'administration disent "Eh bien, c'est une procédure standard"».

«Je ne crois pas que ce soit une procédure standard avant l'investiture d'un président des États-Unis, de la part de quelqu'un qui n'occupe aucun poste officiel», a dit M. McCain.

Lorsqu'ABC lui a confié que la présidence Trump en stressait certains pour ce qui est de la sécurité internationale, le sénateur républicain a dit comprendre.

«Je suis stressé de temps en temps», a-t-il reconnu. «Je crois que le président accorde une grande confiance à son équipe de sécurité nationale. Je crois que la plupart du temps, il écoute ses conseils.»

«Suis-je en mesure de dire qu'il le fait tout le temps? Non. Est-ce que cela me dérange? Oui, cela me dérange.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer