Étude: le pot légal plus tentant pour les ados

« La perception que [le cannabis] est dangereux diminue,... (PHOTO EDUARDO VERDUGO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

« La perception que [le cannabis] est dangereux diminue, mais beaucoup moins que dans les États où il a été légalisé », explique Magdalena Cerda de l'Université de Californie à Davis.

PHOTO EDUARDO VERDUGO, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le débat sur la légalisation du cannabis a donné lieu récemment dans La Presse+ à un échange entre le psychiatre Yves Lamontagne et le chercheur Jean-Sébastien Fallu, qui citaient notamment une étude sur les adolescents dans deux États américains où le pot a été légalisé, le Colorado et l'État de Washington. La Presse s'est entretenue avec l'auteure principale de l'étude publiée juste avant Noël dans la revue JAMA Pediatrics, Magdalena Cerda de l'Université de Californie à Davis.

Pourquoi avez-vous fait cette étude ?

Nous avons connu récemment des changements sans précédent sur le plan des lois sur le cannabis. Les attitudes envers cette drogue deviennent plus permissives, notamment chez les enfants et les adolescents. Il semble que ce soit en partie à cause de la légalisation, qui envoie un message qu'il ne s'agit pas d'une drogue dangereuse. Or nous savons que plus un adolescent commence jeune à fumer du cannabis, plus augmentent son risque d'en utiliser tous les jours à l'âge adulte et son risque de dépendance. Il semble aussi y avoir un lien accru entre le cannabis et la psychose à l'adolescence. Nous avons utilisé un sondage administré à 254 000 ados de 13 à 17 ans entre 2010 et 2015 pour savoir s'ils jugeaient le cannabis dangereux ou pas.

Le pot est jugé moins dangereux au Colorado que dans l'État de Washington, même si les deux États l'ont légalisé en même temps, au début de 2014. Pourquoi ?

La proportion de jeunes qui en fument souvent, tous les mois, a aussi augmenté dans l'État de Washington, alors qu'elle est restée stable au Colorado : de 6,2% à 8,2% à 13 ans et de 16 % à 20% à 15 ans, entre 2010 et 2015 [NDLR la moyenne pour tout le secondaire au Québec en 2013 était de 10%]. Notre hypothèse, c'est que le système est plus permissif au Colorado. Il y avait déjà un système de dispensaires médicaux de marijuana assez développé, et la publicité est permise. La proportion des jeunes ados qui jugent le pot peu dangereux ne bouge plus trop, d'ailleurs. On peut penser que si l'âge légal pour consommer de la marijuana avait été fixé plus bas plutôt qu'à 21 ans, les attitudes seraient encore plus favorables.

Les attitudes envers le pot sont-elles différentes dans les États où il est illégal ?

La perception que c'est dangereux diminue, mais beaucoup moins que dans les États où il a été légalisé. La différence est particulièrement grande à 13 ans: au Colorado, 63% à cet âge considèrent la marijuana comme très ou modérément dangereuse, contre 60% dans l'État de Washington et 70% ailleurs.

Pourquoi n'y a-t-il pas de changements entre 2010 et 2015 dans l'attitude envers la marijuana chez les ados de 17 ans ?

Nous pensons qu'à cet âge, on est plus enclin à s'informer par soi-même, à se rebeller, voire à enfreindre les lois. Ceci dit, la consommation à 17 ans a baissé dans les États où le pot n'était pas légal, alors qu'elle a stagné au Colorado et dans l'État de Washington.

Le danger de commencer tôt à fumer de la marijuana s'applique-t-il à tous les ados, ou seulement à ceux qui sont à risque d'avoir des problèmes de comportement, académiques ou psychiatriques ?

Il y a beaucoup plus de risques pour les ados de classes sociales plus basses, dont les parents ont un dossier criminel ou des dépendances à la drogue ou à l'alcool, qui ont un QI plus bas que la moyenne ou des problèmes d'impulsivité. Mais une initiation précoce à la marijuana semble néfaste pour tous les ados.

La marijuana mène-t-elle à d'autres drogues ?

C'est controversé, il y a des études qui penchent des deux côtés. Il n'est pas clair non plus si la marijuana remplace l'alcool pour les ados, ou si les deux sont combinés.

Continuez-vous à étudier le sujet ?

Nous analysons maintenant les données en provenance de l'Uruguay, le premier pays à avoir légalisé le pot. L'approche est très différente de celle des États américains : le gouvernement réglemente qui produit et qui vend, la puissance du cannabis, entre autres, et interdit les dérivés comme les huiles ou les aliments contenant du cannabis, ainsi que la publicité. Il sera aussi intéressant de voir comment les choses se feront dans les provinces canadiennes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer