Violente tempête de neige attendue dans le nord-est des États-Unis

Une image de la NASA montre la formation... (PHOTO AFP)

Agrandir

Une image de la NASA montre la formation du blizzard baptisé Stella.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine TRIOMPHE
Agence France-Presse
New York

Après un hiver inhabituellement clément, la ville de New York et le nord-est des États-Unis se préparaient lundi à affronter la plus grosse tempête de neige de la saison, paralysant écoles et transports.

Baptisé Stella par le National Weather Service, le blizzard devrait se traduire par des rafales pouvant ateindre 90 km/h mardi, augmentant la sensation de froid et le manque de visibilité. La neige devrait commencer à tomber à partir de minuit et s'intensifier à l'aube et jusqu'à la mi-journée, formant des couches de 5 à 10 cm par heure, pour atteindre entre 30 et 60 cm au total.

Les régions les plus menacées par le blizzard sont les régions de New York, du New Jersey, de Philadelphie et du sud du Connecticut, où vivent quelque 19 millions de personnes. Mais des chutes de neige étaient attendues depuis la Caroline du Nord jusqu'à l'État septentrional du Maine, en passant par Washington.

La première rencontre entre Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel, qui était prévue mardi à la Maison-Blanche, a ainsi été reportée à vendredi.

La capitale fédérale tremblait par ailleurs pour la floraison de ses cerisiers, une attraction que les touristes viennent traditionnellement admirer par centaines de milliers dans la capitale fédérale.

Le président Donald Trump a cependant assuré que le gouvernement était fin prêt à affronter cette tardive offensive hivernale.

«Espérons que ce ne sera pas aussi terrible que certains le prévoient. C'est généralement le cas», a-t-il ajouté, en invitant la population à suivre les conseils des autorités.

Des milliers de vols ont déjà été annulés pour les prochaines 24 heures, dont plus de 2300 à destination ou au départ des seuls aéroports de New York, JF Kennedy, La Guardia et Newark, selon le service FlightAware qui recense retards et annulations.

Les aéroports de Washington, Philadelphie, Boston et, dans une moindre mesure, Chicago, où la neige est déjà tombée lundi, étaient aussi touchés.

Une alerte aux inondations a également été diffusée le long des côtes. Et des pannes de courant n'étaient pas exclues.

La ville de New York, poumon économique des États-Unis, et ses 8,5 millions d'habitants s'annonçait quasi-paralysée.

Le siège de l'ONU sera fermé. Le maire Bill de Blasio a annoncé la fermeture de toutes les écoles et le déploiement de 1600 chasse-neige et 689 engins de salage.

«Ca devrait être un sérieux blizzard», a-t-il indiqué lors d'un point presse. «Il pourrait y avoir jusqu'à 60 cm de neige (en une journée, ndlr), ce qui en ferait l'une des plus grosses tempêtes de l'histoire récente».

La bourse de Wall Street devait rester ouverte, mais les traders étaient invités à travailler de chez eux.

Le gouverneur de l'État de New York, Mario Cuomo, a déclaré préventivement l'état d'urgence à compter de minuit, enjoignant les fonctionnaires des services non indispensables à rester chez eux.

Dans tous les États concernés, les habitants avaient pour consigne de rester chez eux et d'éviter tout déplacement inutile, surtout en voiture.

Ceux qui prendraient le volant malgré tout étaient invités à se munir de chaînes, d'une pelle, de couvertures et de lampes de poche, et à faire le plein.

Lundi matin, la neige a recouvert des voitures... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Lundi matin, la neige a recouvert des voitures stationnées à l'aéroport O'Hare de Chicago.

REUTERS

Températures printanières

Comme ce fut le cas lors du blizzard Jonas des 22-23 janvier 2016, qui avait vu tomber un record de près de 70 cm de neige en 24 heures sur Central Park et fait 18 morts à travers la côte Est, certains habitants commençaient à faire des provisions pour ne pas avoir à sortir mardi.

Le gouverneur Cuomo recommandait d'ailleurs à tous de faire des réserves, et de se munir notamment d'«une semaine de stocks de médicaments essentiels et nécessaires pour bébés».

L'hiver s'apprête donc à faire un retour en force alors que plusieurs journées de températures printanières ont été enregistrées sur le nord-est des Etats-Unis ces dernières semaines et que les petites robes d'été ont commencé à remplacer les tenues d'hiver dans les vitrines des grands magasins.

Ce devrait être «la pire tempête de neige de la saison», a indiqué Melissa Di Spigna, porte-parole du service météorologique, avec des températures également en forte baisse: elles devraient tomber à -7 degrés Celsius mardi soir, alors qu'elles étaient restées jusqu'ici cet hiver «anormalement élevées».

Bien que la journée de lundi soit ensoleillée, les températures étaient déjà, à environ -4°C, très inférieures aux moyennes saisonnières situées entre 1 et 8°C.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer