Une ONG demande à Trump un plan d'action contre l'antisémitisme

Evan Bernstein a rappelé que son ONG avait proposé... (Photo Brendan McDermid, Reuters)

Agrandir

Evan Bernstein a rappelé que son ONG avait proposé un plan d'action qui prévoit notamment le lancement d'une enquête à grande échelle par le département de la Justice.

Photo Brendan McDermid, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

L'ONG juive Anti-Defamation League (ADL) a réclamé vendredi à Donald Trump un plan d'action contre la vague d'actes antisémites enregistrés ces dernières semaines aux États-Unis, reprochant, à demi-mot, au président d'avoir créé un climat propice à ces manifestations.

«Que vont faire le gouvernement fédéral et le président pour traiter ces attaques antisémites?», s'est interrogé le président de l'antenne new-yorkaise de l'ADL, Evan Bernstein, lors d'une conférence de presse.

Il a rappelé que l'ADL avait proposé un plan d'action en plusieurs points, qui prévoit notamment le lancement d'une enquête à grande échelle par le département de la Justice, ainsi que la création d'une équipe fédérale dédiée et commune à l'ensemble des agences concernées.

Mardi, en ouverture de son premier discours devant le Congrès, le président des États-Unis a dénoncé solennellement la série d'actes racistes et antisémites commis dans tout le pays ces derniers jours, promettant que l'Amérique resterait «unie» contre la «haine».

Mais pour l'ADL, la parole ne suffit plus, il faut agir.

Plusieurs représentants de la communauté juive, dont des membres de l'ADL, ont rencontré vendredi le directeur du FBI James Comey pour faire le point et évoquer des possibilités de collaboration.

Selon Evan Bernstein, ils en sont sortis avec «la plus grande confiance que le FBI (prenait) toutes les mesures possibles» pour identifier les coupables de ces actes antisémites «aussi vite que possible».

Vendredi matin, un homme a été interpellé à Saint Louis (centre) par la justice américaine, qui le soupçonne d'avoir lancé au moins huit alertes à la bombe contre des organisations ou des établissements juifs.

L'ADL s'est félicité de cette arrestation. «La diligence des autorités dans un moment aussi difficile pour la communauté juive est très rassurante», a commenté Evan Bernstein.

«Nous vivons une époque inédite», a affirmé le responsable, assurant que le nombre des alertes à la bombe enregistré ces dernières semaines était sans précédent.

À demi-mots, il a fait un lien entre le climat actuel et la rhétorique politique sous l'ère Trump.

«Quand les partisans de la suprématie blanche de ce pays se sentent plus soutenus que jamais par les débats actuels et le langage fragmentant, y compris au sein de la campagne présidentielle», a-t-il dit, «vous ne pouvez pas séparer un incident du contexte plus large».

Selon les derniers chiffres communiqués vendredi par l'ADL, 121 alertes à la bombe ont visé, depuis le début de l'année, des institutions juives, avec une accélération durant la semaine écoulée, qui en a connu 40.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer