Des médias exclus d'un point de presse de la Maison-Blanche

Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer répondant... (PHOTO MANDEL NGAN, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer répondant aux questions des journalistes, le 8 février.

PHOTO MANDEL NGAN, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
WASHINGTON

Plusieurs journalistes se sont vu refuser l'accès au point de presse de la Maison-Blanche, ont rapporté de nombreux médias américains, vendredi.

Les journalistes du New York Times, du Los Angeles Times, de Politico et de CNN comptent parmi les exclus de l'exposé du porte-parole Sean Spicer - un point de presse plus informel que la séance de questions normalement télévisée.

Les réseaux de télévision NBC, ABC, CBS et la chaîne Fox News ont pu y prendre part. Des médias conservateurs jugés plus favorables à l'administration de Donald Trump y ont aussi été acceptés, dont le site de nouvelles «Breitbart News», fondé par son actuel stratège en chef, Steve Bannon.

L'agence Associated Press a pour sa part choisi de boycotter le point de presse. Sa directrice des relations de presse, Lauren Easton, a déclaré que «le public devrait avoir autant d'accès au président que possible».

Plus tôt vendredi, le président Donald Trump avait profité d'un rendez-vous politique conservateur pour vilipender les médias.

La Maison-Blanche a défendu sa décision.

«Nous avons invité ce bassin pour que tout le monde soit représenté. Nous avons décidé d'ajouter quelques personnes additionnelles au-delà du bassin. Rien de plus», a expliqué la porte-parole Sarah Sanders.

Les médias exclus n'ont pas tardé à faire entendre leur mécontentement.

«Rien de la sorte ne s'est produit à la Maison-Blanche dans notre longue histoire de couverture de nombreuses administrations de différents partis. Nous contestons vivement l'exclusion du New York Times et d'autres organisations médiatiques. L'accès libre de la presse à un gouvernement transparent est évidemment crucial et d'intérêt national», a écrit le rédacteur en chef du New York Times, Dean Baquet.

«Apparemment, c'est ainsi que (la Maison-Blanche de Donald Trump) use de représailles lorsque l'on rapporte des faits qu'ils n'aiment pas. Nous continuerons à le faire quand même», a rétorqué CNN sur Twitter.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer